Zapping cinéma, épisode 9

Posted on 28 avril 2014

Encore et toujours des rattrapages, merci la VOD ! Avec notamment de la SF « minimaliste » mais non dénuée de qualités, bien au contraire. C’est même peut-être sous ces atours qu’elle s’exprime le mieux au cinéma…

 

Prisoners-affichePrisoners, de Denis Villeneuve

Un film que j’avais voulu voir au cinéma mais que j’ai raté. Souvent comparé à « Seven » ou « Le silence des agneaux », il n’en atteint tout de même pas ni la « glauquitude » ni la tension, même si le fait que des enfants soient concernés ajoute à l’horreur. On y trouve avec plaisir un Jake Gyllenhaal bien plus convainquant qu’en Prince de Perse (pas difficile remarquez !), dans la lignée de ses meilleurs rôles (comme « Donnie Darko » et « Le secret de Brokeback Mountain ») et surtout un Hugh Jackman qui montre enfin autre chose que des gros muscles et des griffes en adamantium. Bien mené, avec des personnages fouillés, prenant, bien qu’un peu long je ne me suis pas ennuyé. Un bon thriller. Mais pas le chef d’oeuvre annoncé.

 

Conjuring-afficheConjuring : les dossiers Warren, de James Wan

Là encore, gros buzz, « le film le plus flippant de la décennie », etc… Et puis bof. J’ai toujours un peu de mal avec les films de ce genre, basés sur une ambiance oppressante avec fantômes, portes qui grincent, plancher qui craque, etc… L’équilibre est toujours ultra délicat à trouver et là, ça ne marche qu’à moitié. Le début est comme d’habitude plutôt réussi avec une montée en tension plutôt efficace même s’il y a comme un goût de trop peu (au cinéma, ça aurait sans doute pu être différent, en mieux). Et puis la dernière partie du film vire au grandiloquent et ça fait un peu pchitt… À comparer au premier « Paranormal Activity » qui était pas mal mais restait trop sage dans ses effets, ici c’est too much. Dommage.

 

Robot et Frank-afficheRobot et Frank, de Jake Schreier

Là voilà la perle SF de cette livrée de films. Dans un futur proche (qui se rapproche de plus en plus, n’est-ce pas Nao ?), le fils d’un homme qui commence à se faire vieux impose à ce dernier la présence dans sa maison d’un robot chargé de l’aider pour les tâches quotidiennes. Une présence qui est loin d’enchanter ce vieux grognon. Sur une base classique, le film va petit à petit poser de vraies questions tout à fait pertinentes sur l’amitié, la vieillesse, etc… C’est fin, c’est sensible, c’est émouvant, et c’est porté par un Frank Langella (un acteur bien trop peu utilisé par Hollywood, déjà vu entre autres dans « The box ») absolument renversant de justesse. Le tout en à peine 1h30. Excellent.

 

Monsters - afficheMonsters, de Gareth Edwards

Encore de la SF minimaliste (merci à Tigger Lilly pour la découverte) dans ce film qui raconte la traversée à travers une zone infectée par des organismes extraterrestres (suite à le chute d’une sonde spatiale) d’un photographe chargée de ramener une jeune femme sur le point de se marier auprès de son père. L’intrigue n’est pas bien épaisse et le film dans son ensemble laisse le spectaculaire au placard. Pour autant, les deux acteurs font un très bon boulot (il sont mariés dans la vie), et le film se pare des atours d’une fable écolo, avec parfois des allures de post-apo. Ambiance réussie, une belle scène vers la fin, très poétique et remettant en perspective pas mal de choses, et une fin qui oblige à revoir le tout début du film… 😉 Voilà de la vraie SF qui interroge notre présent en prenant un contexte imaginaire. Une belle réussite qui prouve que malgré un budget ridicule (moins de 500 000$), on peut obtenir de très belles choses (il y a des plans vraiment superbes). Le réalisateur Gareth Edwards (par ailleurs également scénariste et réalisateur des effets spéciaux !) a dû taper de l’oeil de pas mal de monde puisqu’il sera le réalisateur du prochain « Godzilla », qui me fait déjà saliver…

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail