Collection les vaisseaux Star Trek : L’USS Franklin et l’USS Shenzou

Posted on 6 mars 2018

Incroyable, de nouveaux vaisseaux Star Trek ! Hé oui, la collection continue de vivre sa vie, et je guette les vaisseaux intéressants mais également les promos. Et quand les astres sont alignés, je passe commande (ici sur le store anglais, en croisant très fortement les doigts car, chose assez sidérante en 2018, le store n’offre aucune possibilité de suivi de commande, ni même d’historique ! En 2018 bon sang !!). Le dernière fois remonte à août 2017 avec la version XL de l’Enterprise de la série originale. Cette fois-ci, on reste dans l’univers Star Trek bien sûr, mais sur deux timelines et deux oeuvres différentes, avec l’USS Franklin (issu du film « Star Trek Beyond ») et l’USS Shenzou (issu de la nouvelle série « Star Trek Discovery »).

Le premier, l’USS Franklin me faisait de l’oeil depuis longtemps. On reconnaît au premier coup d’oeil son origine (les récents films Star Trek, et c’est le premier modèle des films qui arrive dans ma collection) grâce à ses énormes nacelles. Son design frappe également en étant à la fois totalement trekkien mais aussi avec son propre caractère : pas de coque technique (comme le NX-01 par exemple, ce qui n’est pas anodin puisque les deux vaisseaux datent à peu près de la même époque dans la chronologie de l’univers de Star Trek), mais surtout une soucoupe « mangée » à l’arrière, signe distinctif évident.

 

    

    

 

De belle taille (cette miniature est un numéro spécial de la collection, tout comme le NX-01 refit, d’où sa taille nettement plus grande que les modèles standards, pas si éloignée des vaisseaux XL), la qualité du travail de sculpture saute immédiatement aux yeux, de même que l’aspect vieilli, marqué, abimé du vaisseau, ce qui correspond tout à fait à l’état du vaisseau dans le film. Il y a bien quelques petits défauts ici ou là (problème de peinture légèrement baveuse sur le nom du vaisseau mais on va dire que c’est parce que le vaisseau est endommagé ^^, quelques fenêtres mal alignées avec la sculpture, notamment sur la tranche de la soucoupe, mais c’est un mal récurrent, bien connu et qu’Eaglemoss n’arrive décidément pas à corriger, ou bien quelques menues infidélités avec le vaisseau vu dans le film), mais rien de trop méchant si on ne met pas le nez sur les détails du vaisseau.

 

    

    

 

D’un poids correct (la partie supérieure de la soucoupe est en métal, le reste en plastique), offrant quelques éléments en plastique transparent pour égayer un peu le modèle (les nacelles bien sûr, il aurait été dommage de ne pas profiter de leur taille avantageuse), l’USS Franklin est, avec son look un brin rétro et surtout assez « rustique », à la hauteur de ce que j’attendais.

Le magazine quant à lui revient rapidement sur l’histoire du vaisseau dans la saga, avant de s’intéresser plus en profondeur sur l’évolution du design du vaisseau au cours de la production du film. Du coup, il y a assez peu (voire pas du tout) de détails techniques, du genre taille du vaisseau, nombre de membres d’équipage, etc… Mais la gestation du vaisseau, avec de nombreuses interventions du designer en chef, est très intéressante.

 

  

 

Le deuxième vaisseau inaugure la nouvelle collection dédiée à la nouvelle série « Star Trek Discovery », preuve indubitable que les vaisseaux se vendent bien. Cette nouvelle collection a l’avantage de bénéficier de modèles très détaillés (les modèles numériques n’existaient pas ou peu pour les séries précédentes, mais ici ils existent bel et bien et permettent un luxe de détails, ce qui d’ailleurs tranche assez avec les designs de la série d’origine censée se passer dix ans après « Discovery », mais c’est un choix tout à fait compréhensible : des designs ultra-rétros comme ceux de la série d’origine n’auraient pas fonctionné pour le public de 2017), et donc peut se permettre de proposer des modèles de la taille des numéros spéciaux de la collection régulière. Il faut dire que ces vaisseaux plus grands que les autres (ainsi que les vaisseaux XL) ont beaucoup de succès, malgré leur prix forcément plus élevé.

Et donc l’USS Shenzou, quelle belle bête ! Un design racé, effilé, très plat, à l’opposé des vaisseaux habituels de la Fédération, qui garde l’essence du design spécifique de Star Trek (soucoupe, nacelles…) mais qui s’en éloigne également un peu. Un design moderne en somme, et qui répond sans doute aux attentes du public de 2017. Et pour que la miniature rende justice à son modèle à l’écran, il a fallu qu’Eaglemoss sorte le grand jeu, en sculpture comme en peinture.

 

    

    

 

Et c’est mission accomplie ! Très détaillé, le vaisseau ne manque pas d’attrait, avec son déflecteur avant, ou bien son module de commande situé sur la partie inférieure de la soucoupe (partie inférieure faite en plastique, comme sur le Franklin seule la partie supérieure de la soucoupe est en métal). Sa construction est aussi très réussie, avec ces éléments partant des nacelles et se divisant en deux pour rejoindre à la fois la partie arrière de la soucoupe et la coque technique en dessous. Une coque technique et une soucoupe d’ailleurs elles aussi très réussies, notamment sur leur partie arrière, très « lisible » (on reconnait facilement le hangar à navettes par exemple).

 

    

    

 

Côté peinture, si on pourra regretter l’aspect trop peu détaillé du déflecteur, on approuvera en revanche ces bandes rouges qui donnent au Shenzou un air de vaisseau de course. Et même si le rose des moteurs à impulsion peut surprendre (Eaglemoss nous avait déjà fait le coup avec le croiseur de combat Jem’Hadar), l’ensemble est de bonne facture. Alors certes, l’éternel problème d’Eaglemoss a encore frappé : on trouve toujours des fenêtres dont la peinture n’est pas alignée sur la sculpture… C’est à se demander pourquoi Eaglemoss persiste à vouloir détailler ses sculptures sur ce point si c’est pour foirer la pose de la peinture… Bien sûr, ça ne saute pas aux yeux (mais à force, ça devient la première chose que je regarde…), bien sûr c’est un détail, bien sûr ça ne remet pas en cause la qualité du produit, mais c’est un peu rageant.

 

    

 

Il n’en reste pas moins que l’USS Shenzou se hisse sans trop de mal parmi les vaisseaux les plus réussis de cette grandissante collection, et je bave déjà d’avance sur le prochain USS Discovery. Un mot sur le magazine, qui change de format : on passe du A4 au A5. A l’instar du Franklin, on a un petit article sur l’histoire du vaisseau (article que je n’ai pas lu car je ne n’ai pas encore regardé la série) avant de s’intéresser de près à l’évolution de son design (avec une tentative de justification d’un tel changement par rapport aux vaisseaux qui ont précédé le Shenzou et ceux qui l’ont suivi chronologiquement parlant). Par ailleurs, il est étonnant de voir qu’il n’y a aucune photo du vaisseau issue de la série, la seule photo de la série étant le portrait de son capitaine, Philippa Georgiou.

Bon, c’est pas tout ça, mais il faudrait peut-être que je la regarde enfin cette série, non ?

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail