L’aventure Apollo, de Charles Frankel

Posted on 24 janvier 2019
Je le répète, 2019 sera l’année de la Lune ! Avec les cinquante ans des premiers pas de Neil Armstrong sur notre satellite, il faut s’attendre à ce qu’on en parle régulièrement. Un certain nombre d’éditeurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, et nombre d’ouvrages fleurissent déjà sur le sujet. Dont Dunod qui propose un panorama du programme Apollo avec « L’aventure Apollo », ecrit par Charles Frankel.

 

Quatrième de couverture :

Le débarquement d’hommes sur la Lune reste l’aventure la plus extraordinaire de tous les temps. Cinquante ans après cet exploit, la reine des nuits est redevenue une étape incontournable, avant un vol habité vers Mars. Américains, Européens, Russes et Chinois : tous projettent d’y retourner prochainement.
Charles Frankel nous fait le récit de l’incroyable épopée Apollo qui a changé notre vision du monde, à travers une enquête jalonnée de portraits d’aventuriers de l’espace hauts en couleur, de drames, de joies et de découvertes.

«  Nous avons fait tout ce chemin pour explorer la Lune, et la chose la plus importante, c’est que nous avons découvert la Terre. » Bill Anders,  Apollo 8

 

L’essentiel du programme Apollo

Bon, mon petit Lhorhkhahnh, t’es bien gentil mais faudrait arrêter de nous bassiner avec le programme Apollo, tu nous a déjà fait le coup avec « Ils ont marché sur la Lune » de Philippe Henarejos, un truc hyper précis sur le déroulement des missions sur le sol lunaire, donc je ne vois pas ce que tu vas nous dire de plus avec cet ouvrage…

Ha, je vous vois déjà dire ce genre de truc. Hé bien sachez que vous vous trompez lourdement. Car si en effet on peut difficilement faire plus précis que « Ils ont marché sur la Lune » quant à ce qui s’est passé là-haut, l’ouvrage de Philippe Henarejos était tellement détaillé qu’il ne pouvait pas s’intéresser à autre chose que son sujet très ciblé. Et le programme Apollo fut un monstre de logistique, impliquant politiques, financiers, chercheurs, ingénieurs, techniciens, pilotes, médecins, psychologues et j’en passe… Et Charles Frankel, en écrivant « L’aventure Apollo » a pris le parti d’élargir le spectre pour se pencher sur de nombreux aspects que « Ils ont marché sur la Lune » n’abordait pas (les deux ouvrages, malgré quelques inévitables redites, sont donc tout à fait complémentaires).

On y trouve donc un côté politique (relativement succinct toutefois), des détails sur le processus de sélection des pilotes sur les différentes missions,  le déroulement du vol (du début à la fin), le caractère et le parcours des différents astronautes, le programme des Soviétiques, le futur de l’exploration lunaire, etc… Un spectre plus large donc (Apollo 13 a droit à son chapitre notamment, l’occasion de constater que le film est resté très proche de la réalité, on y parle aussi du drame d’Apollo 1), mais nécessairement moins détaillé puisque décrire en profondeur tous ses aspects prendrait des milliers de pages. Ici, on reste sur un format court d’un peu plus de 250 pages (à comparer aux 500 de « Ils ont marché sur la Lune »). Ça se lit donc très vite, d’autant que Charles Frankel (qui est géologue, a participé à des programmes de simulation de vie sur Mars et qui a rencontré au fil de sa vie la plupart des astronautes américains ayant participé au projet, on peut donc considérer qu’il en connait un rayon sur le sujet) a su rendre son texte simple, aéré, agréable.

C’est bien simple, j’ai l’impression que cet ouvrage est l’introduction idéale pour appréhender ce sujet d’une rare profondeur et d’une intimidante complexité (technique et politique au sens large). Un grand connaisseur en la matière pourrait ne pas apprendre grand chose (mais je ne me considère pas comme un grand connaisseur en la matière), mais pour ce qui est de résumer le programme Apollo, « L’aventure Apollo » me semble vraiment être tout à fait réussi.

Agrémenté de quelques photos, cet ouvrage se lit vite (pas de quoi patienter en attendant le prochain être humain (une femme tiens, ce serait une bonne idée, non ?) à fouler le sol lunaire malheureusement…), résume les missions en se limitant à l’essentiel (et contrairement au très factuel « Ils ont marché sur la Lune » dans lequel la fameuse mission Apollo 11 de Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins prenait moins de place que les autres, et pour cause puisque c’est celle qui a duré le moins longtemps sur le sol de la Lune, alors que dans « L’aventure Apollo » c’est elle qui a le droit à plus de pages, preuve de son importance cruciale dans le programme), de façon très agréable, sans aucune lourdeur. Bilan très positif, et ouvrage chaudement recommandé à qui voudrait une approche claire et pas étouffante d’un sujet dont la complexité peut effrayer.

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail