Collection les vaisseaux Star Trek : Earth Spacedock

Posted on 1 mars 2019

Encore un ! Et il s’agit ici d’un modèle un peu particulier pour une collection de vaisseaux puisque ce n’est pas un vaisseau (!!). En effet, le dernier modèle en date de ma collection n’est rien d’autre que le fameux spacedock vu à plusieurs reprises dans les films III, IV, V et VI. Orbitant autour de la Terre, il est, en plus d’être une vraie station d’habitation, une sorte de « garage » pour les vaisseaux ayant besoin de réparations ou d’upgrades, mais aussi de zone de stockage pour les bâtiments en attente de démantèlement. Et pour ce faire, les vaisseaux doivent pénétrer dans la coupole supérieure par l’un des quatre vastes sas d’entrée. C’est dire que l’objet est imposant : plus de 4.5 kilomètres de hauteur. On n’est pas dans la petite station de recherche perdue au fin fond de la galaxie, ici c’est un peu le spacedock de luxe, le fleuron des stations de la Fédération (et de l’humanité), du moins au 23ème siècle.

 

    

 

Le modèle fourni par Eaglemoss, d’une taille plus que respectable (quasiment 20 cm de hauteur) est aussi étonnamment léger malgré quelques parties métalliques (les deux parties cylindrique et hémisphérique immédiatement sous la coupole supérieure). C’est sans doute le ratio taille/poids qui donne cette impression, mais c’est assez surprenant au premier abord. Le travail de sculpture est honnête, sans être renversant. Mais les détails sont bien présents là où il le faut, et l’ensemble fait belle allure. Côté peinture, là aussi l’essentiel est assuré, avec de nombreux petits hublots donnant une idée de la taille importante de la structure. On notera tout de même qu’Eaglemoss n’a toujours pas trouvé de solution satisfaisante pour la mise en place de la peinture des hublots. Autant c’est tout à fait correct sur les parties cylindriques, autant sur les parties sphériques/hémisphériques c’est nettement moins réussi : la disposition des hublots est irrégulière, ça monte, ça descend, rien n’est vraiment droit. Un souci insoluble qui se retrouve sur nombre de vaisseaux de la collection…

 

    

 

L’effet bleuté est réussi, notamment sous la coupole principale, et cet effet bleuté, que l’on retrouve de manière diffuse sur l’ensemble du modèle est vraiment réussi. Pour être complet, on regrettera tout de même le collage disons… anarchique des antennes de communication (supérieures et inférieures). Selon la manière dont on les observe, on passe d’un effet imperceptible à des antennes orientées de façon exotique. Allez, on dira que ce sont des antennes particulièrement directionnelles qui doivent pointer leur cible… 😉 Dommage également que la jointure verticale de la miniature soit un peu trop visible, mais il était sans doute difficile d’obtenir un ajustement parfait et invisible dans cette gamme de prix.

 

    

 

Quelques menus défauts donc, mais au final ce champignon géant est un bel objet, qui tranche avec le reste de la collection et ne manque pas d’attirer l’oeil. Le signe d’un design réussi.

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail