La Volonté du Dragon, de Lionel Davoust

Posted on 17 juin 2011

Quatrième de couverture :

Entre les derniers royaumes libres et les forces d’invasion de l’Empire d’Asreth se dresse l’imprenable Qhmarr, petit pays à peine sorti de l’ère
médiévale. Gouverné par un roi trop jeune et un conseiller trop confiant, il ne devrait représenter dans le plan de conquête de l’Empire qu’une note de bas de page. Et alors que le généralissime D’eolus Vasteth s’emploie à négocier les modalités d’une reddition diplomatique, déjà, aux portes de la capitale, se presse l’implacable armada… La conclusion du conflit ne fait aucun doute. D’une manière ou d’une autre, Qhmarr passera sous pavillon asrien.
Pourtant, malgré la défaite annoncée, Vasteth découvre des dirigeants qhmarri inflexibles, prêts à confier le destin de leur nation à d’absurdes croyances ancestrales. À travers le défi lancé par l’enfant-roi, ce sont toutes les certitudes du généralissime qui vont se voir ébranlées, tandis que, sur la mer, les soldats meurent, simples pions sur un échiquier qui les dépasse…

 

Court mais intense !

Je suis en effet complètement sous le charme. C’est court, mais ça va droit au but, c’est juste hyper efficace ! Et finalement, 165 pages de pur bonheur ne valent-elles pas mieux qu’un roman de 700 pages étalant son intrigue jusqu’à n’en plus finir ?

En tout cas, j’ai adoré cette intrigue prenante, dès le début on sent une sorte d’atmosphère mystique, essence de cette confrontation entre science et magie, qui nous porte à croire que tout ne se passera pas aussi facilement. Ensuite, le roman est très bien segmenté, entre la partie d’échec, et les combats navals, ces derniers étant d’ailleurs particulièrement bien décrits. Mais les combats sont une chose, ceux qui les font en sont une autre. Et ces personnages sont un des points forts du roman : entre ce jeune ingénieur apeuré par cette guerre et dont les angoisses résonneront certainement aux oreilles (ou des yeux^^) du lecteur, ce général sûr de lui, ou cet enfant-roi mystérieux, aucun d’entre eux n’est monolithique, et tous verront leur vie basculer…
J’ai aussi apprécié les réflexions sur le sacrifice des vies, ou la liberté des peuples. Bravo aussi à Lionel Davoust pour avoir réussi à jongler avec le manichéisme. Tout n’est pas aussi noir/blanc qu’on l’imagine, chaque camp a ses bons et ses mauvais côtés. Tout ça ne fait que rendre La Volonté du Dragon encore plus intéressant. Sans parler de la fin, bien malin celui qui arrive à la deviner, elle m’aura cueilli comme rarement. Superbe !

Et n’oublions pas de dire un petit mot sur l’objet-livre, avec une belle illustration de couverture, cette dernière étant faite avec une belle matière douce au toucher. Mention bien également pour les illustrations intérieures, que du coup, gourmand comme je suis, j’aurais souhaité plus nombreuses…

En tout cas, chapeau bas l’artiste pour cette partie d’échec mystique !
J’ai grand hâte de découvrir un nouvel épisode d’un évènement se déroulant sur Evanégyre ! Je rêve déjà de voir ce monde prendre forme à travers différents romans et nouvelles, à la manière du Vieux Royaume de Jaworski !

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail