L’Empire Ultime (Fils des Brumes, tome 1) de Brandon Sanderson

Posted on 19 juin 2011

Voilà, j’ai terminé le trilogie « Fils des Brumes », de Brandon Sanderson. N’y allons pas par quatre chemins : j’ai adoré ! Tout n’est pas parfait, mais c’est une très grande trilogie de fantasy qui vient de s’achever. Place à la critique du premier tome.

 

Quatrième de couverture :

Vin ne connait de l’Empire Ultime que les brumes de Luthadel, les pluies de cendre et le regard d’acier des Grands Inquisiteurs. Depuis plus de 1000 ans, le Seigneur Maître gouverne les hommes par la terreur. Seuls les nobles pratiquent l’allomancie, la précieuse magie des métaux.
Mais Vin n’est pas une adolescente comme les autres. Et le jour où sa route croise celle de Kelsier, le plus célèbre voleur de l’Empire, elle est entraînée dans un combat sans merci. Car Kelsier, revenu de l’enfer, nourrit un projet fou : renverser l’Empire.

 

Un grand auteur est né !

C’est pour moi une des plus belles lectures fantasy depuis bien longtemps ! Brandon Sanderson s’est donné à fond, et le résultat est un authentique coup de coeur, comme il n’en arrive pas si souvent.

Mais c’est bien normal : pas de temps mort (excepté à un moment, où j’ai ressenti une très légère baisse de rythme, juste avant de me prendre un gros rebondissement dans la figure !), des personnages charismatiques (ce Kelsier, absolument jubilatoire !), une histoire (très) bien menée et quelques retournements de situation assez stupéfiants, dont un vraiment mais alors vraiment couillu, du suspens (les notes de débuts de chapitres offrent d’ailleurs un fil rouge qui nous pousse à toujours en lire plus), un système de « magie » (je préfère parler de pouvoirs…) d’une extrême ingéniosité, reposant sur l’utilisation des métaux pour influer sur ses capacités (ou bien celles des autres) physiques ou mentales, donnant lieu à des séquences d’action à la « Tigre et Dragon » sauce fantasy (!!), franchement Brandon Sanderson vient de grimper dans mon top des auteurs actuels de fantasy !

Pourtant tous les ingrédients typiques et ultra-classiques de la fantasy sont bien présents (jeune héroïne, bande de malfrats, prophétie, renversement d’un empire maléfique, etc…), mais la façon qu’a Brandon Sanderson de prendre ces clichés éculés et d’en jouer, de les retourner pour mieux surprendre le lecteur me laisse pantois.

La fin de ce tome laisse quelques questions en suspens (et quelques pistes qui permettent déjà de dire que la suite ne fera que prendre de l’ampleur) mais il se suffit malgré tout à lui-même, c’est un autre bon point.

Incontestablement une des plus grandes réussites de ces dernières mois, si vous êtes un tant soit peu amateur de fantasy, vous ne POUVEZ PAS passer à côté de ce titre, c’est du grand art, tout simplement.

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail