Le Héros des Siècles (Fils des Brumes, tome 3), de Brandon Sanderson

Posted on 21 juin 2011

Et voilà, fin de la trilogie ! Après un formidable premier tome, puis un second plus en retrait, que penser de cette conclusion ? Suspense…

Là encore, je tiens à préciser que les non lecteurs des tomes précédents ne doivent surtout pas lire les quatrièmes de couvertures des tomes suivants, sous peine de se gâcher la surprise.

Quatrième de couverture :

Qui sera le Héros des Siècles ?

Pour mettre fin à la tyrannie, Vin a tué le Seigneur Maître. Mais en essayant de fermer le Puits de l’Ascension, elle a laissé s’échapper une des formes maléfiques de l’Insondable. Depuis, les Inquisiteurs et les brumes font toujours plus de victimes, tandis que les cendres qui tombent du ciel menacent d’affamer les hommes et d’ensevelir le pays.
Vin et Elend tentent de sauver ce qui peut encore l’être. Pour cela, ils doivent à tout prix découvrir les derniers secrets du Seigneur Maître : l’ultime cachette d’atium, le plus puissant métal des Fils-des-Brumes… et l’identité du Héros des Siècles.

 

Une fin en apothéose !

Et c’est peu de le dire ! Et Brandon Sanderson en profite pour confirmer de manière flamboyante qu’il est un auteur avec qui il faut compter dans la littérature de l’imaginaire.

En effet, comment imaginer en lisant le tome 1 qu’on en arriverait à la fin de la trilogie avec ces évènements cataclysmiques ? C’est peu de dire que l’intrigue prend de l’ampleur, ici c’est tout un monde qui vacille sur ses fondations, tremble sous les assauts de tous-puissants… Mais là où l’auteur fait très fort, c’est dans son admirable capacité à ramener aux yeux du lecteur tous les infimes indices laissés ici ou là au fil de la lecture depuis le premier volume, pour en arriver à tirer son intrigue vers le haut et à totalement nous mystifier. Redoutable !

Mais sans des personnages consistants, une histoire aussi bonne soit-elle reste finalement peu de chose. Et là encore, Brandon Sanderson a su faire évoluer ses personnages, et même sortir du schéma Vin-Elend un peu trop présent jusqu’ici pour mettre quelques autres personnages secondaires au premier plan, nous livrant quelques très belles scènes (avec Spectre notamment). Indécis, résignés, combatifs, pleins d’espoir, ils passent par différents stades au fil de l’intrigue.

La fin du roman amène toutes les réponses souhaitées, de façon très claire. Satisfaisant de ce point de vue, même si personnellement j’aime quand on garde une part de mystère et d’interprétation propre à chaque lecteur… Mais l’auteur ayant déjà commencé à plancher sur un quatrième tome se passant beaucoup plus tard (au temps des armes à feu ! Imaginez les scènes fantastiques que pourraient donner des allomanciens capables de poussées et de tractions sur les balles !), je ne me fais pas de souci quant aux mystères qu’il aura su se garder sous le coude… De même, les révélations sont nombreuses, pour ne pas dire parfois fracassantes sur les différentes créatures peuplant le monde : kandras, koloss, Inquisiteurs, tout le monde y passe !

Au chapitre des petites déceptions, l’histoire d’amour Vin-Elend manque d’un peu de modernité… C’est très chaste, très propre tout ça ! Non pas que je sois demandeur de scènes un peu plus osées, mais cette love story reste très adolescente dans l’esprit.

Rien de rédhibitoire cependant, et surtout rien qui ne doive vous détourner de cette trilogie, qui est pour moi d’ores et déjà un must dans son genre. A ne pas manquer !

Voir aussi chez Endea.

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail