Les Mensonges de Locke Lamora, de Scott Lynch

Posted on 9 juillet 2011

Revenons un peu à la fantasy, pour une chronique express d’un des romans qui m’a le plus époustouflé ces dernières années. Un excellent souvenir, une lecture que je ne saurais trop vous recommander. Oubliez la fantasy à papa à base de gentils elfes et de vilains orcs (mais la fantasy de qualité est tellement loin de ces clichés éculés…), et suivez les aventures hautes en couleurs des Salauds Gentilshommes !

Quatrième de couverture :

On l’appelle la Ronce de Camorr. Un bretteur invincible, un maître voleur. La moitié de la ville le prend pour le héros des miséreux. L’autre moitié pense qu’il n’est qu’un mythe. Les deux moitiés n’ont pas tort. En effet, de corpulence modeste et sachant à peine manier l’épée, Locke Lamora est, à son grand dam, la fameuse Ronce. Les rumeurs sur ses exploits sont en fait des escroqueries de la pire espèce, et lorsque Locke vole aux riches, les pauvres n’en voient pas le moindre sou. Il garde tous ses gains pour lui et sa bande : les Salauds Gentilshommes. Mais voilà qu’une mystérieuse menace plane sur l’ancienne cité de Camorr. Une guerre clandestine risque de ravager les bas-fonds. Pris dans un jeu meurtrier, Locke et ses amis verront leur ruse et leur loyauté mises à rude épreuve. Rester en vie serait déjà une victoire…

 

L’aventure avec un grand A !

Scott Lynch nous livre ici de la fantasy de haut vol, toujours sur le qui-vive, allant de rebondissements et rebondissements, malmenant ses héros constamment.
Et quels héros ! La bande des Salauds Gentilshommes, menée par un Locke Lamora à l’incroyable gouaille, est une bande de voleurs qui tente de monter une belle escroquerie sur un des nobles de la cité de Camorr, qui revendique une forte ressemblance avec Venise. Mais bien évidemment, rien ne va se passer comme prévu, et nos voleurs vont devoir se dépêtrer de tout ce qui leur tombe sur la tête.

Dynamique, accrocheur, drôle, mais aussi émouvant (notamment un passage vraiment déchirant…) et à l’écriture incisive, ce roman est une friandise à consommer sans aucune modération ! L’auteur nous fait passer avec adresse de chapitres enlevés sur les aventures de nos héros à d’autres chapitres sur leur passé, et le tout se combine parfaitement.

Soyons clair, c’est du grand spectacle, on ne cherche pas forcément l’aspect réflexif ici, on est dans dans du blockbuster pop-corn 100% assumé, un roman qui vous emmène sur un grand-huit et qui vous laisse pantois, à reprendre votre souffle devant tant de virtuosité, emmené par un des héros les plus attachants/ébouriffants de ces derniers temps ! Pas de la fantasy facile comme on en voit trop, oubliez les elfes, les nains et les prophéties des héros sauveurs du monde, ici les Salauds Gentilshommes ne pensent qu’à une chose : se faire du fric et sauver leurs fesses (ah oui, ça fait deux…), sauf que rien n’est simple à Camorr

Bon, ma chronique part un peu dans tous les sens, j’ai tendance à me laisser emporter par mon enthousiasme, mais vraiment lisez ce bouquin (injustement méconnu je trouve…), c’est un des grands romans de la fantasy moderne, rien de moins !

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail