Des horizons rouge sang, de Scott Lynch

Posted on 7 mars 2012

Après un premier tome ébouriffant, Locke Lamora nous revient pour la suite de ses aventures mouvementées. Changement de lieu, mais les embrouilles lui collent toujours à la peau, pour notre plus grand plaisir !

 

Quatrième de couverture :

Locke Lamora, l’ancienne Ronce de Camorr, et son comparse Jean Tannen ont fui leur cité natale. Ils ont embarqué à bord d’un navire et gagné la cité-État de Tal Verrar, où ils prévoient bientôt de réaliser leur forfait le plus spectaculaire : s’attaquer à L’Aiguille du péché, une maison de jeu réservée à l’élite et voler son incommensurable trésor.

Il n’existe qu’une façon de s’approprier l’argent de cet établissement: le gagner aux divers jeux qu’il propose à ses clients. Un domaine que Locke et Jean croient connaître sur le bout des doigts.

Mais, une fois encore, les deux compères se retrouvent embringués dans des aventures imprévues… et devront se frotter à la flotte pirate de la redoutable capitaine Zamira Drakasha. Une véritable sinécure pour des voleurs qui ne distinguent pas bâbord de tribord !

Et pendant ce temps, les Mages Esclaves fomentent leur revanche contre celui qui les a humiliés et croit avoir échappé à leur châtiment: un certain Locke Lamora.

 

Locke et Jean sont sur un bateau

Changement de cadre, donc, puisque Locke Lamora et Jean Tannen ont quitté Camorr. Place à Tal-Verrar, ses îles, son casino. Et nos deux compères vont à nouveau tenté de monter une grosse arnaque, sur le dos du propriétaire du casino. Mais on n’essaie pas de doubler le Requin aussi facilement, et les choses vont singulièrement se compliquer.

Et c’est reparti pour un tour ! D’un plan semblant au départ très ingénieux (et il l’est vraiment), Locke et Jean vont devoir se dépatouiller de tout ce qu’il leur tombe sur la tête, en tentant tant bien que mal de retomber sur leurs pattes. La recette est donc sensiblement la même que pour le premier volume, mais la gouaille de nos héros, le dynamisme de l’écriture de Scott Lynch, les nouveaux personnages hauts en couleurs, des situations et évènements toujours palpitants font qu’il est littéralement impossible de décrocher du livre une fois la lecture entamée. De plus, certains éléments et/ou personnages se dévoilent en filigrane et annoncent une intrigue plus globale (rappelons que cette saga est prévue sur sept tomes).

Alors certes, il y a une espèce de « flottement » (c’est le cas de le dire !) lors du passage se situant en mer, au milieu du livre, mais j’avoue bien aimé les romans de piraterie, cela ne m’a donc pas dérangé. Et d’ailleurs, les aventures rocambolesques (qui parfois prennent un ton plus sérieux et plus dur) reprennent bien vite le dessus. Les personnages de Locke et Jean prennent de l’épaisseur au contact des nouveaux arrivants (notamment des femmes) de ce tome, et leur histoire personnelle nous est également, comme dans le premier tome, contée à travers quelques flashbacks.

Et puis fatalement la fin arrive, et on se retrouve pantois devant cette conclusion (mettant un point final à l’aventure de ce volume, mais laissant les personnages dans une position délicate), rageant de devoir attendre encore longtemps avant d’avoir sa dose des aventures des Salauds Gentilshommes ! Scott Lynch est passé ces dernières années par pas mal de soucis personnels qui ont retardé l’écriture de la suite. Ces problèmes semblent être de l’histoire ancienne, et le troisième volume est prévu pour cet automne en langue anglaise. Gageons que Bragelonne le traduira rapidement, parce que moi, je n’en peux plus d’attendre !

 

Lire également les critiques de La cave aux livres, Blackwolf, Miss Spooky Muffin, Taliesin, Heclea, le Canard numérique, le journal semi-littéraire.

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail