Le dernier loup-garou, de Glen Duncan

Après une relative absence suite à une plongée dans certains jeux vidéos (et comme je ne suis qu’un homme, je ne peux pas faire plusieurs choses en même temps…^^), me revoici de retour aux affaires (mais attention, je suis trèèèès loin d’en avoir terminé avec Skyrim, non, non !). Et pour cela, quoi de mieux qu’un peu de bestialité avec « Le dernier loup-garou » de Glen Duncan, paru chez Denoël dans la collection Lunes d’encre ?

 

Quatrième de couverture :

Jake Marlowe est le dernier de sa race. Pourchassé par des tueurs fanatiques qui ont juré de lui trancher la tête, protégé contre son gré par une organisation secrète désireuse de vivre au grand jour, Jake a décidé d’arrêter de fuir. La prochaine pleine lune sera sa dernière. «Va où tu peux, meurs où tu dois.» Mais pour le vieux loup-garou suicidaire et blasé, rien ne va se dérouler comme prévue. Par définition, l’amour est imprévisible.

 

Sang, sexe et sueur !

Autant être franc dès le début, les créatures fantastiques « classiques » (aux premiers rangs desquelles figurent les vampires et les loups-garous) ne sont pas vraiment ma tasse de thé. Oh, je me souviens avoir beaucoup apprécié le « Dracula » de Bram Stoker il y a longtemps (j’ai d’ailleurs prévu de le relire prochainement), mais depuis, plus rien ou presque. Et ce n’est pas la mode actuelle des vampires qui brillent et autres loups-garous imberbes qui m’aura fait changer d’avis… Et pourtant, l’enthousiasme de Gilles Dumay à l’égard de ce roman m’a convaincu de tenter le coup.

Et quand bien même les schémas classiques font ici aussi leur apparition (oui, il y a des vampires dans ce roman !), Glen Duncan a apporté suffisamment d’originalité pour satisfaire un lecteur pas forcément conquis d’avance.

Narré à la première personne, le roman met donc en scène Jake Marlowe, loup-garou de son état, âgé de plus de 200 ans, et surtout dernier représentant de son espèce. Le début du récit est un peu mou, très introspectif, Jake insiste un peu trop sur son envie d’en finir avec la vie, mais reste intéressant grâce à différentes digressions qui mettent en place l’univers du roman ainsi qu’à quelques flashbacks bien placés (sa rencontre avec son ami Harley, et surtout son histoire personnelle, de sa « contamination » à sa première victime, en passant par sa première transformation, très marquante !).

C’est ce background mis en place par l’auteur qui donne du corps au récit. Les personnages secondaires sont intéressants, et on a hâte de voir cette confrontation tant désirée par Jake Marlowe avec l’OMPPO (l’Organisation Mondiale pour la Prédation des Phénomènes Occultes qui poursuit les créatures non-humaines depuis de très nombreuses années). Bien sûr, c’est bien Jake lui-même qui tient le haut du pavé. On plonge véritablement dans son esprit, on le sent désabusé, désireux d’en finir, tiraillé voire même torturé (du moins au début) par sa malédiction, puis finissant au fil des années par l’accepter et vivre avec. Bien évidemment, l’auteur ne nous épargne pas les scènes où le loup-garou fait ce pour quoi il est fait, ainsi que son influence sur le côté humain de Jake… Oui il y a du sang et du sexe dans le roman. Romantiques, passez votre chemin ! Un vrai loup-garou ne fait pas vraiment dans la dentelle ! Pourtant, cet homme qui accepté sa nature monstrueuse et les actes qui vont avec, finit par nous être sympathique. Il est même plus humain que bon nombre d’humains qui le poursuivent… Joli challenge d’écriture relevé avec brio par l’auteur qui nous montre là une très jolie plume !

Et puis enfin, quand Glen Duncan passe à la vitesse supérieure, ça déménage ! Et les révélations fusent, l’action se débride. L’auteur sait mener sa barque, et les coups de théâtre sont bien amenés, et surtout surprenants ! Je n’en dirai pas plus, mais de ce côté-là, j’ai été servi et bien servi !

Alors finalement, que dire ? « Le dernier loup-garou » ne me fera pas vraiment changer d’avis sur les loups-garous ou les vampires, ce n’est pas vraiment ma came. Pourtant, je dois avouer avoir pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce roman, bien écrit, bien raconté, et finalement très prenant. Et la fin du roman laisse augurer de très belles choses pour la suite ! Ce n’était pas gagné d’avance, mais je suivrai cela avec attention !

Lire aussi chez A.C. de Haenne, Iluze, Monstres et Merveilles, Cyrille, Cachou, Philémont.

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail