Hunger Games, l’embrasement, de Francis Lawrence

Après le succès de la première adaptation cinématographique de la saga à succès « Hunger Games » de Suzanne Collins, arrive bien logiquement le second épisode. Un premier film que j’avais trouvé à Hunger Games l'embrasement - affichel’époque plutôt sympathique, et un roman qui avec le temps ne m’a vraiment pas fait forte impression (je m’aperçois ici de l’importance de laisser décanter certaines lectures, ma critique de l’époque étant trop positive par rapport à mon ressenti actuel…). Alors oui, le premier film était sans doute un peu trop long, mais il restait finalement une mise en image qui se laissait regarder d’un roman moyen (selon moi hein, ne commencez pas tout de suite à me jeter des pierres !^^). Je suis donc allé voir ce nouveau film avec plaisir, même si les 2h26 affichés font là encore un peu craindre certaines longueurs excessives…

 

Hunger Games l'embrasement - 1

 

Alors quid de ce « Hunger Games, l’embrasement » ? Très honnêtement, ça commence pas mal, pas mal du tout même ! Le film nous expose rapidement mais efficacement les conséquences de la victoire de Katniss et Peeta aux 74ème Hunger Games, et on sent qu’on se dirige vers quelque chose de tout à fait intéressant : la valeur du symbole, un vent de contestation qui s’installe, le vacillement du pouvoir qui se retrouve amoindri devant la montée d’une idole venu du bas peuple. Oui tout cela est intéressant, plutôt bien présenté, même si blockbuster young adult oblige, ça ne froissera les neurones de personne…

 

Hunger Games l'embrasement - 4

 

Et puis… patatra ! Devant cette contestation, le Capitole ne trouve rien de mieux à faire que d’organiser de nouveaux Hunger Games avec les anciens vainqueurs encore vivants. Et à partir de ce moment, le film tombe dans la redite pure et simple, sans parvenir à s’extirper de l’ombre du premier épisode. Et on aura beau amener quelques mini-révélations, qui n’en sont d’ailleurs pas vraiment puisqu’elles ne prendront leur sens qu’à la toute fin du film (et dans le troisième et dernier volet), la mayonnaise ne prend plus : c’est du déjà vu ! Katniss et Peeta se font quelques alliés, on leur livre de quoi les aider à survivre, leur mentor reste toujours Haymitch, ils luttent contre les éléments déclenchés par la production des Hunger Games, Peeta fait encore son boulet, etc… Dommage, alors qu’on avait bien compris le principe de ces jeux dans le premier film, on pouvait sans doute passer à quelque chose d’un peu consistant, notamment sur le thème de la contestation/révolution… A ce sujet, on aura d’ailleurs bien du mal à ma faire croire que le tout puissant Capitole ne puisse pas mater la rébellion de quelques districts pauvres et sans moyens avant qu’elle n’aille trop loin, avec ou sans Katniss.

 

Hunger Games l'embrasement - 3

 

Il est donc malheureux de voir qu’après un début convaincant, le film sombre peu à peu dans la monotonie, et le spectateur en même temps dans l’ennui… Mais en tout cas, on a maintenant  la confirmation que ce qu’il y a de mieux dans « Hunger Games », ce ne sont justement pas les Hunger Games. Ce qui laisse tout de même de l’espoir pour le troisième film !

 

Hunger Games l'embrasement - 2

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail