La forteresse de la Perle, de Michael Moorcock

Posted on 6 février 2014

Et on poursuit le cycle d’Elric ! Après un premier tome très satisfaisant, je ne pouvais pas ne pas continuer. Ce cycle a l’avantage d’être constitué de romans courts, qui se lisent vite. Reste à savoir s’ils sont tout bons. Verdict pour celui-ci…

 

Quatrième de couverture (tirée de l’édition Pocket) :

Elric s’est perdu dans le Désert des Soupirs, le voici à Quarzhasaat, ville engloutie par la marée des dunes. Trop tard peut-être: Elric délire, Elric agonise. Où est l’élixir qui lui rendra ses forces ? Et s’il boit l’élixir, où trouver l’antidote ? Finalement il accepte un pacte: il va quérir la Perle au cœur du Monde. Le voilà donc parti pour l’Oasis Fleur d’Argent, où Varadia, la Sainte Fille des nomades bauradim, dort d’un sommeil surnaturel. De là part le chemin vers les royaumes du Rêve, où se dresse, dit-on, la Forteresse de la Perle. Un voyage inouï attend le prince albinos: il explore des domaines où nul ne s’était risqué avant lui.

 

Elric au pays des rêves

Elric omnibus - MoorcockCe roman fait directement suite au premier, et Elric se retrouve donc loin de Melniboné, en quête de savoir. Mais l’aventure commence bien mal pour lui : il est à bout de force, n’ayant plus ses drogues pour l’aider à tenir debout. Il se retrouve donc à Quarzhasaat, sauvé in extremis par un jeune garçon. Celui-ci, le prenant pour ce qu’il n’est pas, lui fait rencontrer un noble de la ville qui lui offre un élixir pour le remettre sur pied avant de lui proposer un marché. Cet élixir n’est en effet pas seulement un élixir, c’est aussi un poison qui va détruire Elric à petit feu s’il ne prend pas un antidote à temps. Le vil personnage est prêt à lui donner cet antidote si le melnibonéen lui ramène l’objet de toutes ses convoitises : la fameuse Perle. Un long voyage semé d’embûches…

Voilà un ouvrage bien singulier au coeur du cycle d’Elric : écrit en 1989, bien après les premiers récits du prince albinos donc, il se situe en deuxième position dans la chronologie de ses aventures. Mais plus que cela, c’est son contexte qui surprend, puisqu’une bonne partie du récit se situe dans le royaume des Rêves, dans lequel Elric n’est pas en possession de sa mythique épée Stormbringer ! Voilà qui renouvelle considérablement ces aventures (encore que moi, puisque ce n’est que le deuxième roman d’Elric que je lis, je n’ai pas vraiment eu le temps de m’ennuyer…) !

Michael Moorcock a sans doute mûri depuis ses premiers écrits, et on sent l’auteur plus posé dans ce roman. Il prend le temps de développer son univers, des origines à la chute de Quarzhasaat, en passant par quelques allusions au multivers, caractéristique de l’oeuvre de l’auteur, jusqu’à ce fameux royaume des Rêves, point de départ d’une aventure totalement onirique, dans laquelle le prince, aidé de Oone, une voleuse de songes, va être confronté à ses doutes, ses peurs, ses faiblesses, pour porter secours à Varadia, retrouver la Perle et faire payer à son « employeur » sa duplicité.

Malgré quelques longueurs, c’est à un bien beau voyage que nous convie Michael Moorcock à travers son alter-ego Elric. Faisant preuve de beaucoup d’imagination, développant de belle manière la psychologie de ses personnages, et n’oubliant pas de parsemer son récit de quelques scènes épiques ou visuellement très fortes, « La forteresse de la Perle » perpétue les aventures de belle manière. Plus posé, plus réfléchi, plus profond que son prédécesseur (beaucoup plus récent aussi, ceci explique sans doute cela), voilà qui confirme toutes les qualités de ce cycle mythique de la fantasy !

 

Lire aussi les avis de Efelle, Skritt, ClashDoherty, Volcanol, Mina, Angel.

 

Chronique écrite dans le cadre du challenge ”Les chefs d’oeuvre de la SFFF” de Snow.

logochalengesfff21

 

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail