Zapping cinéma et séries TV, épisode 12

Netflix est passé par là, et les séries étant reines sur ce réseau, il devient nécessaire de changer le nom de cette rubrique. C’est donc chose faite, les séries prenant même le pas quantitativement (et qualitativement ?) sur le cinéma dans cet article. La preuve peut-être que les vrais projets originaux, les prises de risque, ou les histoires non formatées ne se situent plus dans le monde un peu trop sclérosé du cinéma ? La question est posée…

 

Gone girlGone girl, de David Fincher

Le tant attendu nouveau film de David Fincher, que je n’avais pas retrouvé depuis le très réussi « The social network » en 2010. Et le lien de parenté est évident : même rythme, même caméra « clinique » (voire glaciale), même accompagnement musical (la BO est toujours signée Trent Reznor et Atticus Ross, comme sur les deux films précédents du réalisateur)

L’histoire est marquante et n’oublie pas de surprendre le spectateur. Et le film s’avère globalement bien plus profond que le simple thriller auquel je m’attendais (je n’ai pas lu le roman à l’origine de ce long métrage). Réflexions sur le couple, vive satire des médias, il y a de vrais questionnements tout au long du film, portés par des personnages intéressants et complexes.

Rosamund Pike offre une superbe prestation, et quand bien même on peut trouver le jeu de Ben Aflleck assez monolithique, il représente finalement assez bien son personnage qui subit plus qu’il n’est actif. Une nouvelle réussite donc à porter à l’actif de David Fincher qui reste parmi les meilleurs officiant à Hollywood.

 

FargoFargo, saison 1, de Noah Hawley

Étonnante série dérivée du film du même nom des frères Coen sorti en 1996, film que je recommande très chaudement. Dans la série dont il est question ici (vue sur Netflix), l’histoire est globalement la même mais en plus détaillée, plus approfondie. Le ton reste par ailleurs le même, entre tragique et comique, le show pouvant passer de l’un à l’autre en l’espace de quelques secondes.

Martin Freeman fait une prestation remarquable, pour un personnage complexe qui demande un jeu particulier. On pourra même trouver que l’acteur en fait parfois un peu trop dans le cabotinage, à chacun son appréciation… L’autre grande performance est réalisée par Billy Bob Thornton qui campe cet inquiétant tueur à gages très détaché et qui semble dénué de toute conscience (mais bon, quand on est tueur à gages…). A noter également le rôle de Colin Hanks, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à son père.

La photographie est très réussie, et le fin fond du Minnesota hivernal est très bien mis en image. « Fargo » est pour beaucoup la série de l’année 2014, avec « True detective », deux séries par ailleurs construites sur le modèle de l’anthologie (elles ont toutes deux été renouvelées pour une deuxième saison, avec une histoire et des personnages différents). Je ne saurai les comparer, elles sont tout de même assez différentes, mais de grande qualité toutes les deux. Une seule chose à faire : les regarder toutes les deux.

 

The fallThe fall, saison 1, de Allan Cubitt

Quel plaisir de retrouver Gillian Anderson, la fameuse Dana Scully de « X-Files », en haut de l’affiche ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle illumine cette courte série (5 épisodes) dans ce rôle d’enquêtrice anglaise venue prêter main forte à la police d’Irlande du Nord qui est à la recherche d’un tueur en série. Tout en sobriété (à l’image de la série qui ne fait absolument pas dans l’esbroufe), l’actrice incarne son personnage à merveille, tout comme Jamie Dornan dans le rôle du tueur.

Une des originalités de la série est de dévoiler tout de suite l’identité du meurtrier. Une manière de le replacer dans son environnement familial (marié, deux enfants). La série n’hésite d’ailleurs pas à mettre le spectateur parfois mal à l’aise avec des montages parallèles dérangeants (vie quotidienne versus meurtre par exemple).

Le rythme est assez tranquille, la série se perdant même parfois dans une intrigue secondaire dont on peine à voir le réel intérêt. Toutefois, ces cinq épisodes font de cette série une belle réussite, elle aussi renouvelée pour une deuxième saison. Je serai fidèle au poste.

Je précise que j’ai regardé cette série en VF, pour profiter une dernière fois du très bon doublage de Caroline Beaune. Elle me manquera beaucoup.

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail