Sitrinjêta, de Christian Léourier

Posted on 12 mai 2016
Lire du Christian Léourier est toujours un plaisir, en témoignent mes lectures du CYCLE DE LANMEUR (que je me dois de poursuivre d’ailleurs). Alors quand l’auteur se lance dans du space-opéra « populaire », sorte d’hommage à la collection « Fleuve Noir Anticipation » d’antan (un FNA « plus plus » comme me l’a présenté mon libraire), forcément on a envie de l’accompagner.

 

Quatrième de couverture :

Loin dans le futur, dans le fourmillement des étoiles, les humains ne sont plus que des créatures parmi d’autres – pas les plus appréciées, ni les plus importantes. Bien au contraire.
Quand Hénar Log Korson, capitaine terrien sans vaisseau, rencontre le terrifiant Skāatlin pour lui soutirer une astronef, nul ne se doute réellement de ses motivations… à moins que les enjeux de son périple ne soient déjà connus en coulisse ?
Pourvu d’un équipage hétéroclite auquel se greffe une jeune femme imposée par Skāatlin, le Snekkja entreprend alors un long voyage semé d’embûches vers une destination mystérieuse : Sitrinjêta.
Trahisons, aventures, incidents politiques jalonneront l’épopée de Hénar et de son équipage, jusqu’à une révélation finale dont les étoiles se souviendront longtemps !

 

Space oddity

Sitrinjêta - Léourier - couvertureCe roman m’a été présenté comme le « Fleuve Noir Anticipation » de Christian Léourier. L’auteur a voulu faire « son » FNA, et sur ce point, on peut dire qu’il y est parvenu. Car oui, « Sitrinjêta » nous plonge dans une aventure spatiale pleine de rebondissements, avec ses cowboys de l’espace, ses commerçants un brin mafieux, ses planètes étranges, ses corporations gloutonnes, ses gouvernements corrompus, ses mystères mystérieux (^^), etc… Vous l’aurez compris, on est immergé dans une histoire spatiale faite avant tout pour le divertissement.

Et oui, il faut le dire, c’est fun ! Mais le petit plus de Christian Léourier, c’est sa plume. Car si l’auteur ne perd pas de vue son objectif de divertissement, il le fait avec l’envie de bien le faire, sans négliger une écriture qui est clairement au-dessus de la moyenne. Tour à tour incisive, rude, douce, poétique, le style est un ravissement.

Mais revenons un instant sur l’intrigue. Enfin, revenons… Juste un peu car je préfère ne pas trop en dire. Tout le sel du roman est en effet dans la découverte du but ultime de l’expédition mise en place par Hénar Log Korson. Là où de nombreux romans nous donnent rapidement des indications voire même la finalité des voyages entrepris avant de plonger le lecteur dans de multiples péripéties pour y arriver, ici l’auteur ne distille ses indices qu’au goutte à goutte. Et ce suspense savamment entretenu se marie d’ailleurs fort bien avec cette fameuse Sitrinjêta dont le nom exotique laisse songeur et fait la part belle à l’imagination. Et quand enfin la vérité se dévoile, sur fond un peu mystique et avec au passage un sympathique petit goût de « sense of wonder », on pourra se retourner sur l’aventure vécue, heureux du chemin parcouru.

Alors certes, ce roman n’a pas la richesse thématique d’un des romans du « cycle de Lanmeur », mais il n’en a pas la prétention. On pourra aussi tiquer sur la construction de son univers un peu rapide et esquissée uniquement pour faire avancer l’intrigue, mais le « worldbuilding » d’un « one-shot » (quelle horreur ces anglicismes…) ne peut pas être aussi important que dans une série, au risque d’alourdir inutilement l’intrigue qui, rappelons-le une dernière fois, est pensée avant tout pour passer un moment fun et divertissant.

C’est donc un livre-plaisir qu’a concocté Christian Léourier, un roman de SF spatiale jubilatoire (ce qui semble être devenu l’un des crédos des éditions Critic) qui fait autant plaisir au lecteur qu’à l’auteur, et si tout le monde s’y retrouve, c’est que l’objectif est atteint.

 

Lire aussi l’avis de Joyeux Drille.

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail