Zapping VOD, épisode 36

Le dernier roman de Guy Gavriel kay m’a beaucoup marqué, à tel point que j’ai eu du mal à repartir sur une nouvelle lecture. Alors en attendant, histoire de prolonger un peu la plongée en CHine, et profitant d’un arrêt maladie, j’ai zappé sur Netflix pour voir ce que le service proposait en film chinois. Voici le résultat (qui du coup est plus hong-kongais que chinois, et très centré sur les arts martiaux, loin de l’ambiance proposée par Kay donc…).

 

sword-of-destiny-afficheTigre et Dragon 2 : Sword of Destiny, de Yuen Woo-Ping

Fallait-il faire une suite à l’excellent « Tigre et dragon », le fameux film d’Ang Lee sorti en 2000 et que j’avais adoré ? Oui et non. Oui car on est content de retrouver l’excellente et charismatique Michelle Yeoh en Yu Shu Lien, oui car on est ravi de voir de nouvelles têtes l’accompagner (le très bon Donnie Yen en Loup Silencieux, oui celui qui joue dans Rogue One ! 😉 ), oui car les chorégraphies des combats sont toujours aussi jouissives (en tout cas pour moi qui ne suis pas un spécialiste de ce genre de film), avec des câbles cette fois moins voyants (en tout cas moins mis en avant).

Et puis non. Non car l’essence même de « Tigre et Dragon » n’est plus : cette histoire d’amour impossible, pleine de non-dit, tragique au possible. Ils ont bien essayé de nous la refaire ici, d’une manière différente, mais ça ne prend pas. Et le film y perd beaucoup. Reste un joli spectacle de cape et d’épée chinois, rempli de belles images et de belles lumières. Ça suffira pour certains, pas pour d’autres.

 

the-grandmaster-afficheThe Grandmaster, de Wong Kar-wai

Yip Man, vous connaissez ? Il s’agit du maître de Bruce Lee, celui qui a rendu le wing chun (un style de kung-fu) si populaire. « The Grandmaster » est une sorte de biopic sur cet homme, fortement romancé (du moins je crois, je ne me suis pas assez renseigné sur sa vie pour y discerner le vrai du faux).

Sur un plan plus formel, c’est aussi un film qui prend son temps, qui avance tranquillement, avec parfois quelques étonnantes ruptures narratives (notamment une longue partie ou Yip Man n’est plus présent). Mais surtout, surtout, c’est un film d’une beauté à couper le souffle. C’est bien simple : chaque image est un tableau. Et si ce film ne peut pas à proprement parler être qualifié de « film d’arts martiaux », les combats qu’il propose sont bien souvent renversants (le premier sous la pluie, et celui dans les gares alors que les trains roulent à pleine vitesse).

« The Grandmaster » risque donc plus d’intéresser par sa forme que par son fond. Reste tout de même des acteurs qui font bien leur boulot (au premier rang desquels le magnifique Tony Leung et l’immaculée Zhang Ziyi) et une histoire qui, pour « mal menée » qu’elle soit, met en scène de beaux personnages au sein d’une Chine en pleine mutation.

 

detective-dee-afficheDétective Dee : Le mystère de la flamme fantôme, de Tsui Hark

Après deux films plutôt sérieux, changement d’ambiance avec ce film d’aventure qui fleure bon le mélange entre film de fantômes chinois, « Indiana Jones » et « Pirate des Caraïbes » ! Oui il y a un peu d’humour, oui c’est débridé, oui c’est aussi trop long et un brin fauché avec quelques effets spéciaux pas au niveau de ce qui se fait aujourd’hui.

Mais c’est un film qui tient la route, et le côté « policier » (toutes proportions gardées) en Chine impériale du VIIème siècle avec ce juge Dee (basé sur le personnage réel de Di Renjie qui a aussi inspiré les romans du juge Ti) est agréable à suivre.

On voyage dans des lieux insolites, la fantasy n’est jamais très loin, certains personnages sont dans l’excès mais ça fait clairement partie du jeu (le clone albinos de Ron Weasley dans « Harry Potter »…), bref si on sait dans quoi on met les pieds, on passe un bon moment. J’étais malade, c’est tout ce que je demandais !

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail