Quelques nouvelles… (3)

Posted on 22 janvier 2018
C’est bien de prendre de bonnes résolutions, encore faut-il faire un effort pour les tenir. C’est ce que j’essaie de faire ici avec un nouvel article sur quelques nouvelles lues ici ou là. Enfin, surtout là, chez le Bélial’, car ils sont rares les éditeurs à offrir régulièrement des nouvelles gratuites. Et à force d’en télécharger, j’en ai un paquet d’avance ! Attendez-vous donc à lire pas mal de Bélial’ dans cette rubrique…

 

« Le Dit de la pleine lune », de Mélanie Fazi

Une cartomancienne reçoit la visite d’un client qui semble décider à la duper puisqu’il est déjà venu la voir sous une autre identité. Dans quel but, alors que d’étranges signes se dévoilent sur les murs de la ville ? Je ne peux guère en dire plus sous peine de dévoiler le pot aux roses, mais cette nouvelle, parue initialement dans le deuxième numéro de la revue « Mythologica » (puis proposée gratuitement par le Bélial’ en janvier 2015), permet de retrouver la plume fine et subtile de Mélanie Fazi, qui œuvre toujours à merveille dans le domaine du fantastique.

J’aime beaucoup cette vision de l’art comme étant quelque chose « d’inhumain », ou disons plutôt consécutif à la découverte d’un autre monde, comme une sorte d’épiphanie décadente mais porteuse d’illumination artistique. Et se pose la question d’une vie sûre mais triste et monotone car sans art. Sont cités Arthur Machen, Jérôme Bosch et William Blake, des artistes à l’imaginaire très développé. Il ne m’étonnerait pas d’apprendre que Mélanie Fazi a elle aussi vu des choses indicibles tant elle maîtrise l’art de la nouvelle comme peu d’auteurs savent le faire. Un récit pagano-lovecraftien réussi !

 

« Vos souvenirs sont notre avenir », de Alain Damasio

Ce texte est paru dans le journal « Le Monde Diplomatique » du mois du juin 2015 au sein d’un dossier intitulé « Vous avez dit complot ? » et est toujours lisible en ligne. De la SF dans « Le Monde Diplomatique » ? Pourquoi pas puisqu’il est ici question de complot de masse ourdi par des gouvernements sans scrupules souhaitant manipuler les citoyens pour orienter leur point de vue. Le tout se faisant, et voilà l’argument SF, en injectant des fragments mémoriels dans la distribution d’eau potable. Le récit met en scène une réunion secrète, « enregistrée » par une sentinelle mémorielle, une personne capable de restituer de manière objective tout ce qui passe à portée de ses sens.

Politique, diplomatie, complot à plusieurs étages, technologie utilisée à des fins de contrôle et de manipulation de la population, on est ici dans du pur Damasio, un Damasio dont la publication dans cette revue montre qu’il est bel et bien devenu un auteur « mainstream », mais qui reste fidèle à la SF. On aime ou on n’aime pas, mais le récit, bien que très court, se révèle ma foi plutôt efficace.

 

« Mortelles ritournelles », de Greg Egan

La science vient de trouver la formule miracle pour la composition de musiques qui, quelle que soit leur qualité, restent dans la tête des auditeurs. Un publicitaire, féru de « grande » musique (et bien conscient que la publicité ne peut en aucun cas prétendre faire aimer cette grande musique à la population) va, grâce à cette « avancée » enchaîner les succès puis finalement en faire les frais, d’une manière bien particulière.

Cette nouvelle, issue du recueil « Océanique » paru au Bélial’, et offerte gratuitement par ce même éditeur durant un temps, nous interroge sur l’avilissement amené par la publicité avec ces ritournelles sans aucune consistance dont le but est uniquement de faire consommer. La chute du récit sera d’autant plus terrible pour le mélomane-publicitaire… Peut-être pas du grand Greg Egan mais le texte vaut largement le coup pour sa belle acidité.

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail