Game of thrones, série TV, saison 1

Posted on 26 mars 2012

Il en fallait du courage pour adapter « Le trône de fer », la saga culte de George R.R. Martin. Il en fallait car porter cette œuvre complexe, à l’intrigue dense, aux nombreux personnages fouillés, aux lieux géographiques typés, sur le petit écran relevait du bel exploit. Il en fallait car devoir affronter une horde de fans en furie en cas de faux pas relevait peut être de l’insouciance, voire de la folie. Et pourtant… Ils l’ont fait ! Et bien fait, par dessus le marché ! Car les points forts du roman (déjà chroniqué) se retrouvent également dans la série. Et pourtant, ce n’était pas gagné d’avance.

Tout d’abord les acteurs. Il faut bien avouer que le casting est particulièrement réussi. Alors bien sûr, il y a du bon et du moins bon, mais franchement, difficile de faire la fine bouche. Il y a ceux qui confirment tout le bien que l’on pensait (Sean Bean en Ned Stark en tête), il y a ceux qui font de belle manière ce que l’on attend d’eux au vu de leur personnage (mention spéciale à Lena Headey, déjà vue en Sarah Connor dans la série « Terminator », qui interprète à merveille la redoutable Cersei Lannister, tout en lui donnant cette petite touche de vulnérabilité qui permet de « comprendre » certaines de ses actions, et à Emilia Clarke dans son rôle de Daenerys Targaryen), et il y a les surprises, ceux que l’on n’attendaient ou ne connaissaient pas (excellente Maisie Williams en Arya Stark, et surtout exceptionnel Peter Dinklage en Tyrion Lannister, qui crève vraiment l’écran).

Ensuite, l’intrigue. Là encore les fans seront ravis : elle suit de très près celle du roman. Pas de liberté prise de manière éhontée, tout est là. On peut d’ailleurs dire que c’est à la fois un qualité et un défaut. Qualité car l’intrigue du roman est excellente, défaut car elle prend un peu de temps à se développer. Là ou ça passe très bien à l’écrit, j’ai eu un peu peur que le rythme un peu lent du début fasse fuir les spectateurs, d’autant plus que le grand nombre de personnages peut impressionner compte tenu du peu de temps dont le spectateur dispose pour tout assimiler. Mais une fois la machine lancée, les conspirations installées et dévoilées (ou pas…), on se retrouve happé, jusqu’à cette fameuse situation que les lecteurs connaissent par cœur et qui surprendra les habitués des séries US un peu routinières…

Puis le ton de la série. Elle est produite et diffusée aux USA par HBO, une chaîne câblée bien connue pour ses nombreuses séries de qualité, sans concession sur la violence, le sexe, etc… Le câble permet certaines libertés de mise en scène que les grands réseaux nationaux ne permettent pas. Pour « A game of thrones », c’est la même chose.  Notamment concernant les scènes de sexe, relativement nombreuses (j’ai bien dit relativement, chacun voit les choses différemment). C’est un reproche qui a été fait à la série à plusieurs reprises : trop de sexe tue le sexe ! Pour ma part, je ne suis pas vraiment de cet avis. Les scènes de sexe et/ou de nudité sont également présentes dans le roman, sauf qu’évidemment sans le visuel, on y fait peut être moins attention. Là on se prend tout en pleine face (si vous me passez l’expression…), et forcément ça marque. Il y a par ailleurs quelques scènes rajoutées par rapport au roman, mais elles apportent à chaque fois un éclairage nécessaire sur tel ou tel personnage. Il n’y a qu’à un unique moment qu’un scène assez racoleuse ne m’a pas parue nécessaire, même si elle apporte des renseignements importants, mais de manière un peu maladroite. Bref, il y a du sexe, et c’est tant mieux !

Enfin les décors. Dans l’ensemble réussis, avec quelques très beaux moments (la découverte du Mur), même si parfois les moyens limités de la production se font sentir (Port-Réal, la capitale, semble un peu étriquée). Les incrustations d’images de synthèse sont également tout à fait correctes, et réussissent à créer ce sentiment d’émerveillement à la vue d’une situation ou d’un lieu totalement imaginaire et fantastique (les Eyrié, les Jumeaux, l’envol des corbeaux, etc…).

Tout n’est pas parfait, j’aurais aimé par exemple voir un peu plus les loups recueillis par les enfants Stark, mais le tout forme un cocktail vraiment réussi. Il n’y a d’ailleurs pas que les amateurs d’imaginaire qui ont applaudi, la série ayant remporté de nombreux prix décernés par la profession, et est considérée comme une des toutes meilleures séries produites en 2011.

Que ceux qui ne l’ont pas encore vu se précipite, elle vient d’ailleurs juste de sortir dans le commerce en coffret DVD/Blu Ray. Quant à la saison 2, elle arrive aux États-Unis dès le 1er avril (et dans la foulée en France en VO sous-titrée sur Orange Cinéma Séries, et sinon euh… ailleurs !^^). Mais je dois d’abord lire la deuxième intégrale…

Espérons simplement que la qualité se maintienne, et surtout que la série parvienne à durer jusqu’au bout. Rappelons que seuls cinq volumes sont sortis sur les sept que doit compter la saga…

 

Chronique réalisée dans le cadre du challenge « Adapte-moi si tu peux », des Murmures d’A.C. de Haenne.

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail