25ème Fête du Livre à Bécherel (35)

Posted on 3 avril 2013

En ce week-end de Pâques a eu lieu à Bécherel (35), première Cité du Livre en France (une quinzaine de librairies pour 800 habitants !), la 25ème Fête du Livre. Et si j’en parle aujourd’hui, c’est parce que j’y étais. Et si j’y étais, c’est parce que cette édition avait pour thème « Merveilleux imaginaires », avec des invités bien connus des amateurs du genre : Thomas Geha, Lionel Davoust, Erik Wietzel, André-François Ruaud, Vincent Ferré, Michel Plessix, Jean Milleman, Johan Héliot, etc…

Bécherel 2013 - Affiche

La très réussie affiche du festival

J’y suis allé durant ces trois jours pour y suivre les conférences, déambuler dans les rues le long des étals des librairies ou flâner dans les rayons d’occasion à la recherche de la bonne affaire, et voir les quelques animations proposées (spectacles de rues, découvertes de jeux de société, projections de films, expositions, etc…). Et au final, je ne l’ai pas du tout regretté !

Première conférence d’importance le samedi « A la découverte de Tolkien et de la Terre du Milieu » animé par Vincent Ferré, LE spécialiste de Tolkien en France. Réputation absolument pas usurpée, il connait son sujet, il en parle bien, il est passionnant à écouter. Les spectateurs venus en masse ne s’y sont pas trompés. Il était d’ailleurs intéressant de voir que se croisaient aussi bien des amateurs éclairés que des non-connaisseurs. Bécherel 2013-7Un joli mélange, qui aura convaincu l’assistance de l’importance de Tolkien, bien au-delà du cercle des amateurs des littératures de genre. J’en ai profité pour acheter et faire dédicacer un ouvrage qui me faisait de l’œil depuis un moment : le « Dictionnaire Tolkien », aux éditions CNRS. Un peu cher, mais qui vaut vraiment le coup.

Le dimanche, journée superbement ensoleillée, fut ma grosse journée du week-end. Trois conférences : tout d’abord un brunch avec Lionel Davoust, Erik Wietzel et André-François Ruaud autour d’une table bien achalandée. Ambiance cosy, chaleureuse, et gourmande. Ensuite, « Cartographie du merveilleux, histoire de la fantasy » avec André-François Ruaud (directeur des éditions des Moutons Électriques) à la manœuvre.  Un bel exposé sur les origines de la fantasy, bien documenté, bien référencé, malgré un temps limité. Bécherel 2013-2Et en fin de journée, « Littératures de l’imaginaires, genres et sous-genres » avec Johan Héliot, André-François Ruaud et Thomas Geha. Une nouvelle rencontre intéressante, avec des points de vue pertinents sur le sujet. Dommage que le public ait parfois été un peu clairsemé dans les conférences, alors que les rues étaient bondées (ne vous fiez pas à la photo ci-dessus, prise le dimanche matin, encore calme…)… Entre ces différentes conférences, j’ai pu constater qu’un certain nombre des librairies de Bécherel étaient plutôt bien fournies en littératures de l’imaginaire (et dans tout le reste aussi d’ailleurs : BD, comics, livres de toute sorte, parfois très anciens), même si les occasions étaient plutôt axées sur des ouvrages assez anciens : les éditions J’ai Lu, Livre de poche et Pocket des années 70 étaient reines ! Ceci dit, c’est l’occasion de compléter sa collection avec des grands classiques (ou pas d’ailleurs…) à moindre frais. Il faut dire que 5€ le kilo de livre, c’est tentant… Résultat : 13 livres achetés (!!) pour 12.50€. Et pas des moindres, jugez plutôt :

Bécherel 2013-8

Pour le prix, difficile de faire la fine bouche !

Et enfin, retour le lundi en fin de journée pour la dernière conférence : « Fantasy, fantastique, science-fiction, éditer les mauvais genres » avec Thomas Geha et Simon Pinel (directeur éditorial des Editions Critic à Rennes), absolument passionnante et qui aurait pu durer bien plus longtemps. Une conférence au cours de laquelle les deux comparses ont su nous mettre l’eau à la bouche pour les mois à venir avec les nouvelles parutions des éditions Ad Astra et Critic.

Bécherel 2013-6  Bécherel 2013-5  Bécherel 2013-4

Expos et animations (de g. à dr. : « Le vent dans les saules » de Michel Plessix, « Mr Bliss » de Tolkien (avec un girabbit, ou lapirafe en bon français !), et Klug l’automate

Pas de fausses notes pour cette Fête du Livre ! Entre des conférences intéressantes, de bonnes affaires et un temps magnifique, tout était réuni pour une réussite. Avec des auteurs abordables en plus (la bise à Thomas Geha de la part de Lune ? On va dire que oui !^^), j’espère que le public aura été aussi conquis que moi (mais pour moi, c’était couru d’avance !^^). Encore un pas de plus vers la reconnaissance de ces fameux « mauvais genres » !

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail