American Fays, de Anne Fakhouri et Xavier Dollo

Posted on 29 janvier 2015
Fortement attiré par ce bel objet-livre concocté par les éditions Critic, sans oublier bien sûr l’association de deux auteurs remarqués ces dernières années (Anne Fakhouri et Xavier Dollo alias Thomas Geha ou peut-être est-ce l’inverse…^^) j’ai plongé dans « American Fays » pour la promesse d’un roman décalé associant le monde féerique à celui des gangsters des années 20 à chicago, Al Capone-style bien sûr. Promesse tenue ?

 

Quatrième de couverture :

Ce Chicago de 1925 a tout du chaudron prêt à exploser ! Entre les Leprechauns mouillés dans la fabrication de faux billets et les gangs qui s’activent en coulisses pour s’emparer des marchés de l’alcool et des speakeasies, autant dire qu’il y a de l’orage dans l’air. Et tandis qu’Al Capone tente de retrouver son influence sur la ville, voilà que des Drys, farouches partisans de la Prohibition, sont atrocement assassinés.

Scarface devient, aux yeux des autorités, le suspect idéal. Furieux et persuadé que les Fays sont dans le coup, il charge une bande de chasseurs de Fays, les No Ears Four, de débusquer les véritables coupables.

Pour Old Odd et son équipe, les ennuis ne font que commencer. Contraints de plonger dans les entrailles d’une ville corrompue et en proie aux guerres des gangs, les quatre nettoyeurs ont intérêt à se serrer les coudes s’ils veulent survivre à la tempête qui s’annonce. Car, quand la Fayrie est impliquée, mieux vaut ne pas trop traîner dans l’œil du cyclone !

 

Les petites fées de Chicago

American Fays - Dollo-Fakhouri

Chicago, la Prohibition, Al Capone, des gangsters. Tous ces éléments installent irrémédiablement une ambiance, faite de noirceur, de traitrises, une ambiance de roman noir en somme. Et puis il y a les fays, ces êtres venus des contrées européennes, qui ont eux aussi franchi l’Atlantique pour d’obscures raisons. Lutins, farfadets, dryades, leprechauns, pixies, etc… Ils sont tous là, ou presque !

Mais quand on mixe tout ça, ça donne quoi ? Et bien ça donne un cocktail plutôt agréable, mais qui laisse un fâcheux arrière-goût de trop peu. Trop peu parce que j’attendais de la folie dans ce roman. Ho, il y en a, certes. L’ambiance du Chicago des années 20 est bien présente à travers le gang des No Ears Four, personnages hauts en couleur mais aussi un peu trop archétypaux (le mec discret, mystérieux, le truand au grand coeur, la brute sympathique mais un peu bête, le jeune rêveur, etc…), tandis que les être féériques apportent un petit quelque chose de joliment décalé dans cet univers mais pourtant n’arrivent pas à s’imposer et ne lui donnent pas une personnalité aussi forte que je l’attendais.

Pourtant, les auteurs ont potassé leurs encyclopédie avant d’écrire ce roman, à tel point que devant le déferlement d’êtres différents, il devient parfois difficile de faire la distinction entre eux, à moins d’avoir un des livres de Pierre Dubois (auteur de nombreuses encyclopédies sur le sujet) sous la main. Oui mais ça ne fait pas tout, et l’enquête des No Ears Four, coeur du roman, paraît par moment un peu artificielle, tandis que le dernier acte s’étire un peu trop en longueur.

Pour autant, Xavier Dollo et Anne Fakhouri offrent tout de même de jolis moments, notamment un intermède particulièrement réussi qui revisite quelques contes de notre enfance, sans doute le meilleur passage du livre, mais aussi le plus détaché de l’intrigue, un élément sans doute assez symptomatique…

Au final, « American Fays » est un roman qui se laisse suivre sans déplaisir, un roman que les auteurs ont visiblement eu beaucoup de plaisir à écrire, mais pour lequel ils n’ont pas su insuffler ce petit truc en plus qui en aurait fait une lecture marquante. Reste donc une histoire sympathique, mais qui ne marquera pas les esprits. Et aussi un très bel objet, du genre que l’on peut fièrement intégrer à sa bibliothèque et que l’on aimerait voir se multiplier à l’avenir.

 

Lire aussi les avis de Blackwolf, Sandrine, Snow, Doris, les Mandragores, Endea, Jae_Lou, Lune, Cornwall, Chauncey.

 Chronique écrite dans dans le cadre des challenges « Francofou, le retour » de Doris« SFFF au féminin » de Tigger Lilly et « Winter Mythic Fiction » de Lhisbei.

challenge-francofou  SFFF_au_feminin  Winter Mythic Fiction Challenge

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail