Le guide de l’uchronie, de Karine Gobled et Bertrand Campeis

Posted on 5 février 2015
Je ne pensais pas lire tout de suite ce guide, gagné sur le blog de Lhisbei (elle-même co-auteure du-dit guide). Et finalement la perspective de comprendre l’uchronie dans ses moindres recoins, et de découvrir un tas d’oeuvres relevant de ce genre l’a emporté.

 

Quatrième de couverture :

Et si… ?
Et si Christophe Colomb n’avait jamais découvert l’Amérique ?
Et si les nazis avaient remporté la Seconde Guerre mondiale ?
L’uchronie joue avec l’histoire pour créer des réalités différentes, explorant des possibilités infinies.
Est-ce là l’expression d’une simple nostalgie rêveuse d’un passé jamais advenu ou une arme de réflexion philosophique ?
Karine Gobled et Bertrand Campeis, membres du prix ActuSF de l’uchronie, vous proposent d’arpenter avec eux les sentiers où réalité historique et fiction s’entremêlent. À travers des conseils de lecture, des interviews d’auteurs, des escapades dans le cinéma, la bande dessinée ou le jeu vidéo, ces deux spécialistes offrent un panorama d’un genre qui séduit de plus en plus.
Et si vous vous laissiez tenter par ce voyage dans les méandres du temps ?

L’histoire n’a jamais été aussi imprévisible…

 

Et si l’uchronie n’existait pas ? Il faudrait l’inventer !

Le guide de l'uchronie - Gobled - CampeisLes éditions ActuSF ont pris l’habitude de sortir régulièrement des guides sur des sujets divers et variés : genres (steampunk), auteurs (Philip K. Dick), thématiques précises (les fées, l’imaginaire français), etc… C’est en toute logique que ce « Guide l’uchronie », consacré à un genre qui ne cesse de se développer, vient compléter cette « collection ».

Ce guide s’astreint donc à nous faire découvrir l’uchronie, en insistant dans sa première partie sur la définition même du mot et toutes les variantes qu’il recouvre. Boucles temporelles, voyages temporels, uchronies personnelles, tout y passe, de manière claire et précise. On y trouve aussi les éventuels messages que peut porter l’uchronie, sans se voiler la face sur certaines utilisations « nostalgiques » ou douteuses du genre (avec l’uchronie « classique » dans laquelle les nazis ont gagné la guerre, il y a évidemment certaines « œuvres » peu recommandables et au message pour le moins nauséabond, ces œuvres n’étant bien évidemment pas citées dans le guide pour d’évidentes raisons), ainsi que des interviews de quelques auteurs et historiens (certains plus intéressants que d’autres, quelques auteurs étant bavards, d’autres un peu moins expansifs, n’est-ce pas Monsieur Silverberg^^).

Un guide ne serait bien sûr rien sans une belle sélection représentative du genre, et là on est servi ! Plutôt vaste sur le côté littéraire, elle couvre aussi les BD, les comics, les mangas, les films, les essais, les jeux vidéo, le théâtre, la musique, etc… Le spectre et large, et tout le monde peut y trouver son bonheur : du plus léger au plus érudit, sans snobisme aucun. Autant dire que les idées de lecture abondent, j’y ai personnellement trouvé un paquet de romans particulièrement intéressants.

Particulièrement accessible, ce guide est donc l’outil idéal pour qui veut découvrir ou approfondir sa connaissance du genre, tout en y trouvant de nombreuses pistes de lectures/visionnages. J’aurais bien, pour chipoter, trouvé deux petits défauts à ce guide : le manque d’un index regroupant les œuvres citées (mais j’ai finalement appris qu’elles étaient classées par ordre alphabétique, ce que je n’avais pas remarqué), et une couverture un peu trop rigide et qui, avec le petit format du livre, empêche de pouvoir l’ouvrir complètement (l’avantage, c’est que le dos est quasiment incassable !). Mais ce serait vraiment pour chipoter. Pour le reste, rien à redire. Ma PAL va encore souffrir…

 

Lire aussi les avis de Vert et Xapur.

Critique rédigée dans le cadre du challenge « SFFF au féminin » de Tigger Lilly.

  SFFF_au_feminin

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail