Collection les vaisseaux Star Trek : l’USS Stargazer et le Phoenix

Posted on 20 août 2018

Oui, je sais, un nouveau billet sur deux nouveaux vaisseaux Star Trek, ça vous avait manqué. Alors voilà, nouvel arrivage, nouvel article ! Cette fois, place à deux vaisseaux à la fois relativement mineurs (en temps passé à l’écran) et importants (pour la mythologie de la série).

Le premier, l’USS Stargazer, n’est autre que le premier vaisseau commandé par le capitaine Jean-Luc Picard, avant l’Enterprise-D. C’est aussi sur ce Stargazer qu’est décédé Jack Crusher (époux du docteur Beverly Crusher et père de Wesley Crusher), sous les ordres de Picard. La fameuse « manœuvre Picard » a aussi été effectuée avec ce vaisseau qui se révèle donc plus qu’important dans la série, même s’il n’apparaît réellement que dans un seul épisode de la première saison de « The Next Generation » (un des meilleurs d’ailleurs).

Et un vaisseau qui, dans la série, était déjà dépassé technologiquement quand Picard en prit le commandement (il y était auparavant officier de pont, son commandement sur ce vaisseau durera 22 ans), ce qui se voit d’après son design un peu « roots » avec toutes ces petites protubérances pas très bien intégrées dans un design loin d’être lisse. Quatre nacelles, une coque technique hérissée de systèmes divers, idem pour la partie inférieure de la soucoupe, on a presque l’impression d’avoir devant soi un vaisseau prototype pas tout à fait fini.

La construction de ce modèle est assez light, seule la partie supérieure de la soucoupe est en métal, le reste est en plastique. Le Stargazer paraît donc bien léger. Par ailleurs, côté peinture, on trouve assez peu de détails, et si la soucoupe est correctement réalisée (mais on aurait aimé davantage de travail sur les parties techniques du dessous ou bien sur le dôme supérieur, alors qu’on notera que le nom et le numéro du vaisseau ne sont pas dans le bon sens sur la partie inférieure de la soucoupe), la coque technique, elle, reste vierge de tout détails de peinture, comme les moteurs à impulsion qui auraient tout de même pu avoir une petite touche de couleur… On trouve heureusement le bleu transparent des nacelles de distorsion (qui capte bien la lumière), mais c’est à peu près le seul truc qui saute aux yeux d’un modèle finalement assez fade. Qui plus est, pas de chance, les nacelles ne sont pas bien collées, et leur alignement laisse donc à désirer. Reste un vaisseau mythique et un design rétro qui fait tout de même son petit effet, et c’est bien le principal.

 

    

   

    

 

Autre vaisseau mythique, le Phoenix, qui fut rien de moins que le premier vaisseau de l’humanité capable de voyager à la vitesse de la lumière grâce à ses moteurs à distorsion. Ce qui a conduit les Vulcains à initier un premier contact, avec toutes les conséquences que l’on sait, conduisant l’humanité à une nouvelle ère et à la naissance bien plus tard de la Fédération des Planètes Unies, entre autres choses. Mythique je vous dis !

Son look de fusée attire immédiatement l’oeil, étant totalement hors des canons esthétiques des habituels vaisseaux de la série. Rien de plus logique puisqu’il fut lancé en 2063, soit pile 300 ans avant l’Enterprise-D de Picard. Un ancêtre donc, propulsé depuis le sol par des moteurs chimiques avant que la séparation du bloc de propulsion ne permette le déploiement des nacelles de distorsion (voir la vidéo, en qualité médiocre malheureusement). Le reste, et son pilote Zefram Cochrane, fait partie de l’Histoire… 😉 Tout cela est visible dans le film « Star Trek Premier Contact », excellent film que je me souviens avoir vu au cinéma en 1996.

Le modèle délivré par Eaglemoss est particulièrement réussi, très détaillé. Côté sculpture, c’est remarquable, notamment pour le cockpit et surtout pour le bloc moteur, superbe. Un seul bémol : la partie contenant les nacelles lorsqu’elles sont repliées manque sérieusement de détails… Côté peinture, sans fioriture, l’essentiel est là, juste ce qu’il faut pour donner de la personnalité au Phoenix. Avec en prime le classique bleu transparent des nacelles de distorsion, même si celles-ci ne sont malheureusement pas tout à fait parallèles au corps du vaisseau. Pas grand chose à redire à ce modèle donc, une très belle réalisation.

 

    

    

    

  

 

A suivre… 😉

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail