L’effondrement de l’Empire, L’Interdépendance tome 1, de John Scalzi

Je commence à être client de la prose de John Scalzi, même si je n’ai toujours pas abordé sa série phare “le vieil homme et la guerre” composée de six tomes en VF. Mais j’ai tout de même adoré “Les enfermés” (lisez-le bon sang ! ) et bien aimé “Prise de tête”. De quoi aborder sereinement son nouveau roman “L’effondrement de l’Empire”, premier volume d’une trilogie. Encore du grand Scalzi ?

 

Quatrième de couverture :

L’Interdépendance : un empire de quarante-huit systèmes stellaires presque tous inhospitaliers, où l’humanité s’est implantée et dont la survie repose sur une étroite collaboration.
L’Interdépendance : un millénaire de règne des grandes familles marchandes, dont la première occupe le trône de l’emperox.
L’Interdépendance : le réseau des courants du Flux, seul moyen de voyager plus vite que la lumière, unique lien des mondes de l’empire entre eux.
Le Flux est éternel mais il n’est pas statique. S’il se déplaçait, réduisant les colonies à l’isolement, l’humanité serait au bord du gouffre.
Un jeune scientifique, une commandante de vaisseau spatial et la toute nouvelle emperox devront affronter la catastrophe annoncée.

“L’Interdépendance” : le nouveau space opera de John Scalzi, dont “L’Effondrement de l’empire” est le premier livre.

Il a reçu en 2018 le prix Locus de meilleur roman de science-fiction et a été finaliste du prix Hugo.

 

John Scalzi revient au space-opera

L’auteur ne s’est certes jamais totalement éloigné d’un genre qu’il affectionne et qui l’a rendu célèbre (sa série “Le vieil homme et le guerre” est déjà un classique de la SF moderne), mais le roman “L’effondrement de l’Empire” signe son retour dans ce domaine avec une nouvelle série, après “Les enfermés” et “Prise de tête”, deux thrillers situés sur notre plancher des vaches, ou bien n’y être revenu qu’avec des one-shots (“Redshirts”, prix Hugo 2013 tout de même et “La controverse de Zara XXIII” qui tient plus du planet-opera).

“L’effondrement de l’Empire” est donc le premier tome d’une trilogie, et c’est aussi le premier roman paru après la signature d’un énorme deal avec Tor d’un montant de 3,4 millions de dollars pour l’écriture (on pourrait presque parler de production…) de 13 romans sur dix ans. Un lancement important pour Scalzi donc, pour son éditeur aussi. Précisons d’emblée que l’auteur a déjà écrit le deuxième volume (qui paraîtra en France en février 2020), mais que le troisième n’arrivera en VO qu’en avril 2020 (et donc sans doute pas avant mi-2021 chez nous…).

 

Go with the flow

Dans ce roman, l’humanité a essaimé sur différents systèmes stellaires, mais pas de manière réellement choisie. Car il ne faut pas compter sur les voyages plus rapides que la lumière, la constante C reste indépassable. Autant dire que les systèmes lointains sont inaccessibles de manière classique. Heureusement, elle a pu compter sur le Flux, phénomène physique qui n’est pas sans rappeler les trous de vers, qui permet de voyager d’un point A à un point B certes pas instantanément mais tout de même très rapidement.

Seul problème, le Flux n’est pas contrôlable, c’est à dire que l’humanité ne peut pas choisir où elle peut aller, elle est tributaire de ce que le Flux lui permet de faire. Ainsi donc, le Flux lui a permis de s’installer sur des sytème éloignés physiquement tout en étant proches en terme de temps de trajet, mais des systèmes qui ont l’inconvénient de ne pas être très appropriés à la vie humaine. Il a donc fallu s’adapter, soit avec des stations spatiales, soit avec des habitats souterrains.

Tous ces systèmes sont liés, par le Flux donc (qui ne relie pas tous les systèmes à la fois, il faut suivre les chemins “balisés”, ce qui, pour aller d’un bout à l’autre de l’Empire, prend un certain temps), mais aussi d’une manière purement économique : c’est ici qu’entre en scène l’Interdépendance, cette ploutocratie dirigée par l’Emperox qui voit de grandes familles contrôler les ressources disponibles sous forme de monopoles et qui sont en luttes constantes (luttes essentiellement économiques mais qui n’empêchent pas quelques coups bas) pour conforter leur assise.

Tout irait (presque…) pour le mieux si le Flux ne montrait pas quelques signes de faiblesse, avec des courants du Flux qui disparaissent, menaçant d’isoler purement et simplement des planètes du reste de l’Interdépendance, signant par là même leur arrêt de mort (c’est par ainsi que l’humanité a perdu la trace de la Terre un millénaire avant l’action du roman), alors que dans le même temps l’Emperox Attavio IV décède, laissant sa place à sa fille qui n’avait pas vraiment prévu de prendre une telle responsabilité, et qu’à l’autre bout de l’univers la guerre civile fait rage sur la seule planète habitable en surface : le Bout (sic !).

 

Les femmes prennent le pouvoir

Au sein de cet univers plutôt consistant mais finalement tracé à gros traits, laissant faire l’imagination du lecteur (le roman ne visite que deux planètes), John Scalzi donne la part belle aux femmes. La première d’entre elles, Cardenia, nouvelle Emperox en titre, a la rude charge de diriger l’Interdépendance, une responsabilité qu’elle n’était pas censée endosser (son frère aurait dû être le successeur de son père, mais il a eu la riche idée de mourir dans un accident avant d’accéder au pouvoir), alors que son père lui avoue sur son lit de mort qu’elle va être confrontée à un évènement pour lequel elle n’est pas prête : l’effondrement du Flux, et donc l’effondrement de l’Empire. Cardenia est un personnage qui doute, mais qui a surtout un bon fond. Elle est “humaine”, dans le sens où elle place le bien-être de ses sujets avant tout le reste. Ce qui ne manquera pas de poser quelques problèmes au sein d’une Interdépendance qui prône la valeur argent par dessus tout.

Un autre personnage important est Kiva Lagos, déléguée de l’armateur sur le vaisseau Si tu veux faire mon bonheur, c’est à dire représentante de sa riche famille sur ce vaisseau commandé par un capitaine recruté pour assurer des voyages commerciaux. Quel femme ! Le verbe fleuri, la sexualité libre et débridée, elle n’est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Et quand elle va se voir confronter à toute une série de gênes commerciales sur le Bout qui semblent n’avoir pour seul but que de détourner une forte somme aux bénéfices d’un Duc dont le siège de dirigeant de cette planète en proie à la guerre civile ne tient plus qu’à un fil, son sang ne va faire qu’un tour. Mais c’est surtout une vaste machination qu’elle va mettre à jour.

Le dernier protagoniste d’importance est Marce Claremont, le fils du contrôleur fiscal de la planète du Bout. Mais son père cache bien son jeu, et devant une machination commerciale qui se fait jour et l’imminence de l’effondrement du Flux, c’est son fils Marce qui va devoir affronter bien des dangers pour tenter d’avertir les personnes concernées, si tant est qu’elles en aient quelque chose à faire… Marce Claremont a clairement du mal à éveiller l’intérêt du lecteur face aux deux personnalités du dessus, la faute à un caractère plus effacé, moins fort, ce qui a certes une certaine logique pour un personnage ayant vécu toute sa vie sur le Bout (c’est à dire l’Interdépendance profonde… 😉 ), mais joue en sa défaveur auprès du lecteur.

 

Du fun, du rythme !

Après un premier chapitre qui démarre à cent à l’heure à bord du vaisseau Tu m’en diras tant (oui les vaisseaux ont des noms très particuliers, on pourra également citer le Franchement, ma chère ou bien le Wham ! Bam !), le roman calme le jeu et il s’avère rapidement que “L’effondrement de l’Empire” ne sera pas un roman d’action pure mais plutôt fait de complots, de trahisons, de machinations d’arrière-cour. Ce qui ne nuit nullement au rythme du récit, bien au contraire.

John Scalzi garde la cadence tout du long, relançant constamment son intrigue, jouant avec les différents personnages pour surprendre le lecteur qui découvre doucement ce qui se trame, avec parfois un peu d’avance sur les protagonistes qui doivent compter avec les temps de trajet pour que les nouvelles des évènements se propagent d’un bout à l’autre de l’univers. L’auteur joue de ça assez finement, tout en s’amusant des fausses routes que ses héros peuvent prendre, ce qui les conduira immanquablement  à devoir le payer à un moment ou à un autre. À moins que…

On est donc face à du John Scalzi pur jus, rythmé, inventif, efficace. Aucun ennui pour un roman qui souffre tout de même de quelques défauts qui pourront gêner aux entournures, notamment quelques facilités scénaristiques qui font tiquer (le scientifique qui travaille tout seul dans son coin et qui met à jour un évènement à même de faire basculer l’Interdépendance, évènement qu’aucun autre scientifique n’est capable de prévoir) ou bien une base scientifique qui tient plus de la magie que d’autre chose (mais bon, on peut ne rien en avoir à faire : la vitesse de distorsion dans Star Trek tiens aussi au moins un peu de la magie…).

En dehors de ça, avec ses personnages hauts en couleurs, son univers typé mais qui reste malgré tout volontairement au second plan (là encore, ce pourrait être un défaut pour certains), un humour omniprésent sans être toutefois la composante principale du récit, des dialogues enlevés, des machinations over-the-top et des situations à la fois dramatiques et cocasses traitées sur un ton décalé et allégeant cet aspect qui aurait pu devenir lourdingue, “L’effondrement de l’Empire”, traduit par Mikaël Cabon et sous une couverture illustrée par le frenchie Sparth (entre autres choses directeur artistique de la célèbre saga vidéoludique “Halo”, rien que ça !), se révèle être une nouvelle réussite pour John Scalzi. Ne reste plus qu’à attendre la suite. Février 2020, la date est entourée en rouge sur mon agenda. 😉

 

Lire aussi les avis de Gromovar, Anudar, Bad Tachyon, Lutin82, Lianne, Yogo, Blackwolf, Un bouquin sinon rien.

 

  
FacebooktwitterpinterestmailFacebooktwitterpinterestmail