Bienvenue à Sturkeyville, de Bob Leman

Posted on 7 juillet 2020
Recueil paru aux éditions Scylla, inédit en français et regroupant des nouvelles liée à un même lieu, à savoir la ville imaginaire de Sturkeyville, “Bienvenue à Sturkeyville” permet au lectorat français de faire la connaissance avec la plume de Bob Leman, auteur américain quasi inconnu (seulement quinze nouvelles parues) et décédé en 2006. Voilà qui est incongru. Incongru mais particulièrement… bienvenu justement car la qualité, sur le fond comme sur la forme, est au rendez-vous.

 

Quatrième de couverture :

Y en n’a pas !

 

Si Lovecraft avait habité à Twin Peaks…

Voila ce que j’appelle un beau financement participatif. Une petite maison d’édition avec peu de moyens, un auteur inconnu ou presque, l’équation semble au départ un peu complexe à résoudre. Et au final le financement participatif (qui a pris fin en avril 2019) a permis d’obtenir ce recueil qui, avant même d’être lu, charme par ses atours. Une belle couverture avec rabats (parfaite illustration de Stéphane Perger,  qui nous amène à Sturkeyville avant même d’en avoir lu une seule ligne), des illustrations intérieures de Arnaud S. Maniak, et quelques fioritures pour parfaire le tout (cartes des lieux proposés dans les nouvelles), rien à dire, ça donne envie d’y plonger.

Côté récits, on trouve dans le recueil six textes, pour un relativement court total de moins de 200 pages. Six textes qui dressent un panorama géographique et temporel de la petite ville de Sturkeyville qui doit autant, vu ce qui s’y passe, à Twin Peaks qu’à Arkham ou Dunwich, et sur un plan littéraire autant à Stephen King qu’à H.P. Lovecraft (à moins que ce ne soit King qui doive beaucoup à Leman et Lovecraft…).

La première nouvelle, “La saison du ver”, donne le ton (sans toutefois atteindre la qualité des suivantes) avec cette famille sous l’emprise psychologique d’un ver géant capable de prendre forme humaine. Étrange et glauque, on entre ici dans l’horreur pure. Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance…

“La quête de Clifford M.” est une variation très originale sur le thème des vampires. Des vampires assez particuliers, ne serait-ce que sur un plan biologique. Écrite comme un compte-rendu documentaire, cette nouvelle qui met l’accent sur l’aspect réalistico-biologique fait écho au “Je suis une légende” de Richard Matheson avec cette volonté de comprendre les vampires et leur particularités. Mais elle n’est pas faite que de ça, et est le premier exemple de ce que Bob Leman fera à plusieurs reprises par la suite (et le fera toujours bien), à savoir une sorte de chronique d’une vie, ici en l’occurrence celle d’un vampire élevé parmi les hommes et qui cherche à retrouver les siens. Ce qu’il découvrira sera loin de l’image qu’il s’en faisait…

La très lovecraftienne (à plus d’un titre) “Les créatures du lac” paie son écot aux illustres prédécesseurs de Bob Leman. On y trouve en effet le lac d’Howard ou le domaine Phillips, dans un texte qui ne manque pas de faire penser au “Cauchemar d’Innsmouth”. Mêlant chroniques familiales, légendes rurales et déchéance d’un homme, c’est une nouvelle fois un excellent texte, poisseux et inquiétant.

L’ombre de Lovecraft plane aussi sur “Odila”, récit rural sur une famille soit disant arriérée et vivant en autarcie, les Selkirk, habitant la campagne de Sturkeyville, tout comme les Whateley, répugnants et consanguins, habitaient les environs de Dunwich dans “L’abomination de Dunwich”. Une famille qui, bien évidemment, cache bien des choses monstrueuses et pas très humaines. C’est glauque là encore, mais c’est à nouveau très efficace, en nous montrant l’horreur qui se cache à l’ombre de la normalité.

Le sommet du recueil est atteint avec “Loob”, récit auquel “Bienvenue à Sturkeyville” doit son existence puisque c’est ce texte qu’un lecteur, un certain Thierry B., aurait voulu voir réédité si on lui en donnait l’occasion. La réception de son mail chez Scylla a enclenché la machine éditoriale. Et il faut bien dire qu’il a raison ce Thierry B. car ce texte est un petit bijou. Avec une structure mettant en parallèle deux uchronies (ou plutôt une réalité et une uchronie sans que l’on sache où se situe le vrai), avec un vaste champ des possibles que vient perturber un évènement illustrant à merveille la théorie du chaos et ses conséquences sur le plan temporel, “Loob” nous montre deux Sturkeyville. L’une conquérante et étincelante, peuplée de citoyens heureux et bien portants, l’autre moribonde, dépeuplée, pauvre et en ruines. Et au milieu de tout ça, il y a Loob, simple d’esprit aux pouvoirs très particuliers, liés au temps et aux réalités parallèles. Dans ce texte somptueux de bout en bout, la plume de Bob Leman fait merveille : précise et légère, élégante et raffinée, elle dissèque Sturkeyville et dévoilant son destin, ou plutôt ses destins, notamment à travers l’histoire de la famille qui possède l’aciérie de la ville. C’est bien simple : tout ici se conjugue à la perfection pour nous donner un texte magistral de bout en bout. Je crois qu’on tient là un chef d’oeuvre, ni plus ni moins.

Le dernier texte, intrinsèquement très bon, pâtit un peu de son passage après “Loob”. Pourtant, “Viens là où mon amour repose et rêve” ne manque pas de qualités dans sa manière de revisiter le thème de la maison hantée avec cette histoire tragique et émouvante où deuil et amour se mêlent étroitement, jusqu’au bout du bout.

Il y a donc bien peu de choses qui déçoivent dans ce recueil, pétri de qualités. Bob Leman, dans un style assez discret, a l’art de décrire des vies, des destins, de superbe manière, tout en retenue mais sans que cela se fasse au détriment de l’émotion. C’est donc toujours beau, précis, cadré, et souvent touchant, et cela doit aussi très certainement beaucoup à l’irréprochable traduction de Nathalie Serval. Sturkeyville, dans ses six récits qui partagent quelques noms propres ici ou là, quelques lieux, quelques bâtiments, à travers différentes époques, en sort grandie et c’est à regret qu’on la quitte, quand bien même elle abrite bien des choses sombres. “Loob” est un tel chef d’oeuvre que passer à côté de ce recueil relève de l’hérésie pure et simple, d’autant plus que le reste est au minimum bon, la plupart du temps excellent. “Bienvenue à Sturkeyville”  : à ne pas rater !

 

Lire aussi les avis de Lune, Gromovar, Lhisbei, Tigger Lilly, Feyd Rautha, Vert, Chut Maman lit, Nebal, Célindanaé, Touchez mon blog, Lutin

 

  
FacebooktwitterpinterestmailFacebooktwitterpinterestmail