Les maîtres enlumineurs, de Robert Jackson Bennett

Posted on 22 mars 2021
Très attendu par les lecteurs depuis que sa parution a été annoncée par Albin Michel Imaginaire, ce premier volume d’une trilogie de fantasy signée Robert Jackson Bennett (déjà auteur de l’indispensable novella coup de poing “Vigilance”) pointe enfin le bout de son nez, avec bien des atouts pour convaincre. Et le fait que Brandon Sanderson ajoute un petit mot en quatrième de couverture n’a rien d’anodin…

 

Quatrième de couverture :

« Avec Les Maîtres enlumineurs, Robert Jackson Bennett débute une nouvelle trilogie de fantasy épique passionnante, qui promet énormément pour la suite. Préparez-vous à d’anciens mystères, à une magie comme vous n’en avez jamais lu et à quelques coups de théâtre. » Brandon Sanderson

Toute l’économie de l’opulente cité de Tevanne repose sur une puissante magie : l’enluminure. À l’aide de sceaux complexes, les maîtres enlumineurs donnent aux objets des pouvoirs insoupçonnés et contournent les lois de la physique. Sancia Grado est une jeune voleuse qui a le don de revivre le passé des objets et d’écouter chuchoter leurs enluminures. Engagée par une des grandes familles de la cité pour dérober une étrange clé dans un entrepôt sous très haute surveillance, elle ignore que cet artefact a le pouvoir de changer l’enluminure à jamais : quiconque entrera en sa possession pourra mettre Tevanne à genoux. Poursuivie par un adversaire implacable, Sancia n’aura d’autre choix que de se trouver des alliés.

 

Si William Gibson avait écrit un roman de fantasy…

Quel roman ! Palpitant, très rythmé, doté de beaux personnages savoureux et attachants, et basé sur un système de magie très malin qui lui donne une aura cyberpunk pourtant a priori bien éloignée de ce qui constitue habituellement un roman de fantasy, ce qu’il est pourtant jusqu’au bout des ongles, “Les maîtres enlumineurs” impressionne. Mais je m’emballe et manque à tous mes devoirs en commençant par la conclusion… Avant d’aller plus loin, commençons donc par paraphraser la quatrième de couverture, histoire de voir où le roman emmène les lecteurs.

Tout commence donc avec Sancia Grado, une jeune voleuse bien connue dans la “profession” qui a été engagée pour voler un objet sur le port de la cité de Tevanne. Introduction très habile de Robert Jackson Bennett qui, en nous plongeant tout de suite dans le bain avec une scène de vol évidemment délicate (et avec quelques éléments non prévus), pose ici les bases de son roman : la cité de Tevanne et son fonctionnement global (quatre grandes familles, les “Maisons Marchandes”, se partagent le commerce et les richesses de la ville, enfermées dans leur “campos”, sortes de QG ultra-surveillés et (apparemment… 😉 ) inviolables, alors que le reste de la population s’entasse à l’extérieur des campos dans ce qui ressemble à des bidonvilles), le personnage de Sancia Grado, qui de toute évidence n’a pas eu une vie facile et dispose de certains “pouvoirs”, et la magie de cet univers, basée sur les fameuses enluminures, sortes de glyphes tracés sur les objets (ou sur des éléments extérieurs pour plus de puissance mais je vous laisse découvrir tout ça, c’est un vrai régal) que l’ont veut “enchanter” et leur permettant de se jouer de la physique en leur faisant croire qu’ils sont un peu plus que ce qu’ils sont en vrai ou bien que leur environnement n’est pas tel qu’il est.

Un exemple : les roues d’un chariot auxquelles on fait croire qu’elles sont sur un terrain en pente, ce qui leur permet d’avancer en continu, même en côte. Ou bien des flèches qui “pensent” qu’elles sont tirées vers le bas, leur donnant donc une impulsion de départ plus élevée, avec donc une portée et une puissance supérieure. Ces enluminures permettent donc tout simplement, en modifiant la perception de la réalité, de jouer avec la physique. Et on peut les combiner pour encore plus de puissance ou bien des effets plus complexes.

Et donc là, vous commencez à voir pourquoi je parle de cyberpunk plus haut : les Maisons Marchandes (des méga-corporations), les enluminures, simples ou complexes (on n’est pas loin d’un sorte de programmation informatique), les objets enchantés à plus ou moins grande échelle disposant d’une influence notable voire d’une certaine conscience (des intelligences artificielles pour les plus complexes), une distorsion de la réalité permettant d’obtenir via les objets enluminés (notamment en jouant avec la gravité) des pouvoirs très spéciaux (vous vous souvenez de Neo et son bullet-time dans une certain Matrice ?)… On est bien dans une vraie fantasy (monde secondaire, magie…) mais Bennett utilise vraiment les tropes du cyberpunk. Absolument réjouissant, particulièrement malin et superbement mené par un auteur impressionnant de maîtrise. Ca commence donc donc sur les chapeaux de roue tout en distillant les éléments importants permettant de comprendre l’univers, le contexte global, et les éléments encore mystérieux qui vont faire le coeur du roman.

De son côté, Sancia Grado, rompant son habituel crédo l’interdisant de regarder ce qu’elle vole, découvre un objet étonnant, aux propriétés tout simplement stupéfiantes : une clef, avec laquelle elle peut communiquer par la pensée ! Commençant à comprendre que les choses sont plus complexes qu’elles paraissent, Sancia décide de garder l’objet plutôt que de le rendre à son mystérieux commanditaire, aux méthodes plutôt expéditives et sans scrupules, comme elle va vite le découvrir.

C’est le début d’un grand huit épique qui verra se mêler la quête personnelle de Sancia liée à son passé douloureux, et des enjeux beaucoup plus vastes, impliquant les Maisons Marchandes et la cité de Tevanne dans son ensemble, voire bien plus… Car, et c’est en cela que le blurb de Brandon Sanderson en quatrième de couverture n’est pas anodin, au fur et à mesure du récit, les choses prennent une ampleur insoupçonnée aussi bien du côté des possibilités apportées par les enluminures, que du passé d’un monde qui a vu des civilisations s’élever avant de s’écrouler mystérieusement. Robert Jackson Bennett fait donc monter les enchères de plus en plus haut, en élevant le niveau d’epicness toujours un peu plus, typiquement ce que fait un Sanderson dans son cycle “Fils des Brumes” ou dans celui des “Archives de Roshar”. Et ça fonctionne rudement bien, à tel point que pris dans une frénésie de vouloir en (sa)voir toujours plus, les pages se tournent sans pouvoir s’arrêter.

Pas besoin d’en dire plus, il vous suffit maintenant de relire mon introduction. 😉 Une chose est sûre : l’attente est largement récompensée et avec “Les maîtres enlumineurs” (traduit par Laurent Philibert-Caillat et illustré par Didier Graffet) Robert Jackson Bennett signe un nouveau gros coup qui, en plus d’être un véritable page-turner exaltant du genre fantasy porté par les codes du cyberpunk, ne manque pas d’amener quelques sujets sociaux/sociétaux pour faire bonne mesure. Un régal du début à la fin !

 

Lire aussi les avis de Gromovar, Artemus Dada, Yogo, le Chroniqueur, Feyd-Rautha, Lianne

 

  
FacebooktwitterpinterestmailFacebooktwitterpinterestmail