Collection les vaisseaux Star Trek : la navette OV-165 et l’USS Enterprise XCV-330

Posted on 7 novembre 2019

Deux noms barbares pour deux nouveaux vaisseaux arrivés il y a quelques semaines pour rejoindre l’étagère dédiée à la collection qui est de plus en plus surchargée… La plupart des vaisseaux les plus connus sont déjà sortis, donc Eaglemoss commence à taper dans les vaisseaux moins visibles, moins iconiques, plus anecdotiques peut-être. Quoique qualifier ainsi certains des derniers modèles sortis serait aller un peu vite en besogne, la preuve ici.

Le premier des deux modèles du jours, la navette OV-165, n’est jamais apparu dans aucun épisode de Star Trek. Voilà, ça c’est dit ! ^^ En revanche, il est un des vaisseaux que l’on a vu le plus souvent dans la série « Enterprise », avec l’Enterprise NX-01. Bizarre autant qu’étrange ? Et pourtant… Car cette navette n’est visible que dans le générique de la série ! Un générique qui retraçait à sa manière l’histoire de la conquête spatiale jusqu’à l’apparition du fameux NX-01 du capitaine Archer. En passant donc par l’OV-165, sorte d’évolution de la navette spatiale, et en service en début du XXIème siècle. Oui en ce moment quoi. ^^ Il fait donc partie de l’histoire de Star Trek, d’autant que d’autres vaisseaux s’inspireront ensuite de son design, comme le SS Emette, visible dans le même générique.

 

    

 

Et la voici donc cette navette OV-165, dont le nom ne sort pas de nulle part puisque les noms de code des navettes américaines étaient basés sur cette dénomination, OV-???, jusqu’à OV-105 pour la navette Endeavour, celle-ci étant la cinquième navette produite et active. La navette OV-165 est donc la 65ème a avoir été produite. Et rappelons pour être complet que la série « Enterprise » a été diffusée entre 2001 et 2005, elle a donc connu l’accident de Columbia en 2003 mais pas l’arrêt du programme des navettes qui a été décidé en 2010 (et effectif en 2011, même si l’orientation du programme était déjà relativement clair dès 2004 peu après l’accident de Columbia). Le générique ayant donc été conçu avant l’accident de Columbia, la navette OV-165 est donc basée sur ce qui était alors considéré comme l’avenir du programme spatial, notamment le projet VentureStar, abandonné depuis.

 

    

 

Un design simple, efficace, élégant, au code couleur directement dérivé de la navette spatiale américaine. La ressemblance est évidemment frappante, c’est voulu, tout en modernisant le design pour le rendre plus fluide, plus profilé et mesurant 40 mètres (à comparer aux 37 mètres des navettes spatiales). Le modèle réduit est particulièrement bien réalisé même s’il faut bien reconnaître qu’il n’y a pas vraiment de difficultés particulières dans son profil. Toujours est-il que la navette est belle, bien peinte, tout à fait similaire au modèle original. Du moins jusqu’à ce qu’on regarde la partie inférieure. Et là c’est le drame. Parce qu’il n’y a rien. Strictement rien. Un fond noir, uni, plat, sans aucune sculpture. Pas de train d’atterrissage, ni de pavage de bouclier thermique, rien. C’est bien dommage même s’il faut bien avouer qu’on ne regarde pas le modèle par en-dessous… Mais tout de même. C’est la seule anicroche, elle de taille et en même temps pas si importante que ça. Reste néanmoins un modèle simple mais malgré tout très réussi.

 

    

 

Pour le deuxième vaisseau du jour, je ne vais pas en faire des tartines, mais plutôt poster beaucoup de photos. Parce qu’autant le dire tout de suite, j’adore ce vaisseau. En terme de réalisation il n’est certes pas parfait (j’y reviendrai) mais sur le plan du design, c’est une pure merveille. C’est bien simple, on dirait un vaisseau tout droit sorti d’un roman de Arthur C. Clarke, et réalisé par Manchu. C’est beau, c’est merveilleux, et rien qu’à le regarder j’en ai des étoiles plein la tête. Ce vaisseau c’est du pur sense of wonder visuel.

 

    

    

    

 

Mais d’ailleurs, il sort d’où ce vaisseau ? Un peu comme la navette OV-165, on n’a jamais vu le XCV-330 en fonctionnement dans la saga. En revanche, il a discrètement traversé les époques, en tout cas suffisamment pour être vu en dessin dans « Star Trek The Motion Picture », puis dans un épisode de la série « Enterprise » (« Home ») et enfin en miniature sur un bureau dans le film « Into Darkness ». Pour ce qui est de le situer clairement dans la chronologie Star Trek en revanche, c’est autrement plus délicat. De fait, rien n’a jamais été tranché sur ce point là. Mais peu importe, ce vaisseau a existé dans l’histoire de la conquête spatiale imaginée par la saga, et il se présente comme sur le modèle réduit produit par Eaglemoss.

 

    

    

    

 

Et quelle beauté ! Le modèle est grand, très grand avec ses anneaux. Le design est parfait, relevant autant de l’âge d’or de la SF que d’une prospective plus futuriste (mais sans doute pas très réaliste). Je disais plus haut que la réalisation n’est pas parfaite, notamment à cause de défauts propres à Eaglemoss comme la peinture des hublots non alignée avec la sculpture. Mais on en a, malheureusement, l’habitude. La sculpture d’ailleurs n’est pas nickel non plus, elle est un peu trop « grossière », comme si on avait coulé un peu trop de matière et que les détails s’en trouvent effacés. Dommage. Enfin, on aurait pu souhaiter quelques aménagements de peinture supplémentaires, le déflecteur avant fait peine à voir, de même que la partie située juste au-dessus de lui, pleine et blanche alors que les modèles 3D nous montrent une ouverture à l’avant. La partie « vie » du vaisseau fait donc un peu tristoune, mais pour les plus motivés, il existe des stickers qui donnent des résultats relativement probants…

 

    

    

  

 

Quelques petits détails qui chagrinent un peu donc, mais ça ne m’empêche pas de m’extasier devant ce vaisseau fabuleux. Peut-être un jour le verra-t-on réellement à l’écran ? On attendant, on peut toujours rêver avec ce modèle réduit qui invite à l’aventure spatiale.

 

  
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestmail