La fin de l’hiver, de Laurent Genefort

Puisque “Sauvagerie” de J.G. Ballard ne convenait pas pour le Projet Maki, je me suis tourné vers une des quelques nouvelles isolées qui végètent sur ma liseuse. Place donc à un texte de Laurent Genefort qui a dépassé les vingt ans d’âge (le texte, pas Laurent Genefort. Enfin si d’ailleurs, mais bref, vous voyez ce que je veux dire… 😀 ).

 

Quatrième de couverture :

Canyon, monde clos sur lui-même, sombre peu à peu dans un hiver éternel. Mais les fables ne parlent-elles pas d’un lieu au-delà de la muraille polaire, où au temps jadis l’on pouvait quitter Canyon à bord de grands navires ? À bord d’un dirigeable, l’équipage de Gustav va tenter d’atteindre cet endroit mythique, et peut-être mettre fin à l’hiver…

 

La vie dans une boîte de conserve gelée

Canyon est un monde étrange, sorte de cylindre traversé par un moyeu appelé le Kern. L’hiver y est constant, la lumière constamment crépusculaire quand il ne fait pas une nuit nuire qui dure des semaines…

C’est dans ce lieu ma foi fort accueillant que vit Gustav, un homme bien décidé à rejoindre le Kern, lieu à partir duquel les légendes disent qu’il est possible de quitter Canyon dans de grands navires. Pour cela, il décide de monter une petite opération, en s’associant avec des pirates et un savant. S’en suit un récit riche en action qui voit la petite troupe tenter de rejoindre le Kern, ce qui n’a rien d’une sinécure, et ce qu’il vont y trouver sera bien évidemment très différent de ce qu’ils imaginaient.

Texte tout à fait sympathique datant de 1998, “La fin de l’hiver”, toujours situé dans le monde des Portes de Vangk (univers commun à de très nombreux textes de Laurent Genefort), n’a pas d’autre ambition que de divertir le lecteur. En ce sens, il est tout à fait réussi.

On pourra peut-être regretter une certaine difficulté à bien visualiser tout ce qui est décrit par l’auteur, mais cette petite aventure (certes pas follement originale dans son déroulement) dans un monde très particulier (dont la structure rappelle le Rama de Arthur C. Clarke, revisité à la sauce Genefort) est un petit bonbon tout à fait appréciable.

 

Lire aussi l’avis de Baroona, Philémont.

Critique écrite dans le cadre du challenge “Le Projet Maki” de Yogo.

 

  
FacebooktwitterpinterestmailFacebooktwitterpinterestmail