Acadie, de Dave Hutchinson

Posted on 19 mars 2020
Allez hop, on continue (dans un parfait désordre mais on s’en fiche) d’écluser le retard pris sur les sorties de la collection “Une heure-lumière”, avec cette fois une novella d’un parfait inconnu, Dave Hutchinson.

 

Quatrième de couverture :

Il y a la Colonie, une constellation d’habitats spatiaux cachée au sein d’un système stellaire isolé et sans intérêt. Et puis il y a Duke, le Président de ladite Colonie, élu au poste car il était précisément le type qui le désirait le moins. Essentiellement honorifique, le job s’avère toutefois offrir certains avantages. En temps normal… Car voilà qu’une sonde terrienne franchit les limites du système. La pire des nouvelles au regard des membres de la Colonies, eux qui, sous la houlette d’Isabel Potter, généticienne de légende, ont élaboré une utopie contrainte de fuir l’autorité du Berceau depuis plus de cinq siècles. Or, en ce qui concerne le viol des strictes lois bioéthiques terriennes, il n’existe aucune prescription, et la Colonie n’encourt rien moins que l’annihilation. Sauf à ce que Duke, contre toute attente, ne se révèle l’homme de la situation…

 

Twist and shout

Dave Hutchinson, c’est qui ça ? On peut se poser la question puisque l’auteur britannique de bientôt 60 ans voit avec “Acadie” sa première traduction en francophonie. Un petit défi pour le Bélial’ et sa collection “Une heure-lumière” tant on sait que lancer un nouvel auteur n’est jamais simple. Mais un défi déjà relevé par l’éditeur avec Geoffrey Landis (qui avait certes déjà été publié mais il y a bien longtemps, l’éditer de nouveau c’est donc un peu recommencer de zéro) ou bien Victor LaValle.

Et voici donc Dave Hutchinson qui débarque avec cette novella se déroulant dans un futur lointain (que le lecteur pourra approximativement dater à plus de cinq siècles après notre époque), un futur qui a vu l’humanité essaimé à travers la galaxie, sous l’égide de l’Agence. Mais “Acadie” nous montre la dissidence avec Duke (de son vrai nom John Wayne Faraday, vous voyez la référence ? 😉 ), le Président (non volontaire, puisque ne sont élus que ceux qui ne veulent pas le pouvoir) de la Colonie, sorte d’agrégat d’habitats spatiaux, issus de la fuite d’Isabel Potter, géniale généticienne, et de ses disciples qui ont donc fondé cette Colonie hors de la juridiction de l’Agence.

Mais l’Agence, malgré les cinq siècles passés depuis cette acte de dissidence initiale, reste toujours à la recherche de Potter, et la Colonie est donc toujours sur le qui-vive, avec notamment une “ligne d’alerte” composée de machines de von Neumann chargées de signaler toute intrusion étrangère.

Mené tambours battant, avec un juste dosage d’humour, de référence geek (les Écrivains, fondateurs historiques de la Colonie et grands utilisateurs d’une génétique sans limite, sont un mélange hétéroclite de toute une pop culture très actuelle : elfes, vampires, Klingons, etc…), et de haute technologie (la génétique bien sûr mais aussi les voyages spatiaux relativistes et les habitats extra-terestres), “Acadie” est un sympathique récit de SF space-opera, vif et enlevé mais qui il faut l’avouer, ne semble rien amener de réellement original ou surprenant.

Jusqu’à ce qu’on en arrive au twist majeur, remarquablement amené, déroutant, inattendu. Je n’en dirai rien de plus bien sûr mais c’est le genre de twist qui donne envie de relire le texte pour voir si des indices étaient bien présents. Ça n’en fait pas un texte révolutionnaire pour autant mais ça lui donne une réelle plus-value et amène il faut bien le dire une bonne grosse dose de plaisir quand on le découvre.

Space-opera transhumaniste, abordant la génétique dans ses avantages comme ses mauvais côtés, “Acadie” est donc un récit, à défaut d’être incontournable, tout à fait à même de divertir le lecteur durant deux heures. Et c’est bien là l’essentiel.

 

Lire aussi l’avis de Feyd Rautha, Gromovar, Yogo, Vert, Acaniel, Hellrick, Elhyandra, Célindanaé, Pativore, Yossarian, Dionysos, Bad Tachyon, François Schnebelen, Nicolas, Allan, Yuyine, Un bouquin sinon rien, Noé Gaillard, Vincent Degrez, Stéphanie Chaptal, Sylvain Bonnet

Critique écrite dans le cadre des challenges “Le Projet Maki” de Yogo et le “Défi Cortex” de Lune (catégorie “Europe occidentale”).

 

  
FacebooktwitterpinterestmailFacebooktwitterpinterestmail