Les Tiges, de Thomas Geha

Posted on 26 avril 2020
Les textes offerts gracieusement par les éditeurs ou les auteurs eux-même pleuvent en ce moment, et la chronique de Célindanaé m’a rappelé que Thomas Geha, un auteur très discret qui n’a pas, à mon humble avis, la place qu’il mérite au sein des auteurs de SFFF francophones, y est aussi allé de son petit cadeau, à savoir la nouvelle “Les Tiges”, téléchargeable sur son site et faisant partie du cycle des “Planètes Pirates” dont j’ai lu les très bons (et ma foi très différents) “La guerre des chiffonneurs” et “Sous l’ombre des étoiles”.

 

Quatrième de couverture :

Y en n’a pas !

 

Symbiose et mimétisme

Le cycle “Planètes Pirates” de Thomas Geha est-il toujours vivant ? Voilà une question que l’on peut se poser puisque le dernier texte paru, le très bon (et très vancien) “Sous l’ombre des étoiles” date de 2013… Quoiqu’il en soit, la nouvelle “Les Tiges” (initialement parue au sein de l’anthologie “Destination Univers” chez Griffe d’Encre et qui a obtenu le Prix Rosny aîné l’année suivante) en fait partie et permet de mieux connaitre ces fameuses Tiges que l’on a pu croiser subrepticement dans “La guerre des chiffonneurs” (mais mes souvenirs au sujet de ce roman restent très vagues, au-delà d’un sentiment de récit pulp très réussi). Rappelons tout de même que tous ces textes peuvent se lire de manière indépendante, donc n’hésitez pas chers lecteurs ! Les Tiges donc, une forme de vie semblant relever du monde végétal et utilisant l’espèce humaine dans une sorte de symbiose pas tout à fait parasitaire, en guerre contre les mystérieux Ailaidarlis (que personne n’a jamais vus) qui utilisent eux aussi l’espèce humaine mais de manière plus… intrusive.

Les informations sont données au lecteur au fil d’un déroulé pas complètement chronologique, donnant une narration efficace et assez captivante. Les formes de vie évoquées dans ce texte sont plutôt originales, et sont en tout cas loin d’être les plus courantes au sein de la SF. Ça c’est pour le petit vent de fraîcheur apporté par une nouvelle au récit dynamique qui laisse une jolie place à l’action, en mettant en scène quelques personnages humains, dans une station spatiale mi-humaine mi-Tige, confrontés à l’arrivée d’une flotte Ailaidarlis. C’est rythmé, c’est efficace, ça accroche bien.

Et puis il y a le côté biologique, et les théories sous-jacentes. Je ne suis pas biologiste donc je m’abstiendrais d’analyser ce que je ne maîtrise pas (après tout je ne suis pas Donald Trump… 😀 ), mais j’ai beaucoup aimé la relation entre symbiose et mimétisme, avec en toile de fond la théorie de la reine rouge et la nécessaire évolution (voire co-évolution) pour réussir à survivre, et la relation tri-partite (espèce modèle/espèce imitatrice/espèce dupée) qu’implique le mimétisme. La guerre nécessaire à la survie, non pas dans un but de conquête mais d’adaptation à un environnement changeant, allant même jusqu’à une volonté de faire évoluer cet environnement pour convenir à l’espèce, avec en toile de fond le devenir d’une espèce humaine plus tout à fait maîtresse de son destin. Fascinant, tout à fait réaliste, et amené par Thomas Geha à un niveau civilisationnel intelligent dans un univers SF. Moi je dis : mes respects Monsieur Geha. Et du coup, avec un tel “substrat” (histoire de filer la métaphore botanique), ce serait dommage de laisser tomber le cycle “Planètes Pirates”, hein ?

 

Critique écrite dans le cadre des challenges “Le Projet Maki” de Yogo et le “Défi Cortex” de Lune (catégorie “Bretagne”).

 

  
FacebooktwitterpinterestmailFacebooktwitterpinterestmail