L’ascension d’Horus, de Dan Abnett

Posted on 17 août 2020
Mon attrait pour la licence “Warhammer 40,000” ne date pas d’hier. Au départ (c’est à dire à l’adolescence) plutôt attiré par le médiéval-fantastique de “Warhammer”, j’ai switché un peu plus tard sur son pendant SF, plus pour son univers radicalo-religio-gothico-extremo-darko-SF d’ailleurs que pour le célèbre jeu de plateau en lui-même (mais bon, quand même, j’ai joué les eldars). Ainsi donc, d’une certaine manière, le background “Warhammer 40,000” coule dans mes veines depuis plusieurs années, et si je n’avais jusqu’ici jamais franchi la porte du côté littéraire de cet univers, c’était plus par manque de temps et à cause d’une certaine méfiance quant au côté “romans de licence” que par manque d’intérêt. Mais cette fois, ça y est.

 

Quatrième de couverture :

Dans un sombre et lointain futur, il n’y a que la guerre. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. La grande croisade de l’Empereur de l’Humanité est en cours, et bientôt tous les mondes habités par l’homme vivront en paix sous son regard bienveillant. Bientôt, il n’y aura que la paix. Bientôt… l’humanité découvrira que son pire ennemi réside en son sein. Le conflit le plus vaste et le plus meurtrier de l’histoire humaine est sur le point de débuter.

Ces trois romans explorent l’origine de l’Hérésie d’Horus et le début de l’affrontement entre les guerriers de l’Empereur et les forces du Chaos qui définira l’Imperium pour les 10 000 années à venir. La trilogie initiale de cette série à succès comprend les romans les plus populaires de toute l’histoire de Black Library.

 

Une introduction à l’évènement fondateur de l’univers “Warhammer 40,000”

Il faut un peu de courage pour se lancer dans cette aventure littéraire. L’univers est très typé, si on ne connait pas le dit univers on pourrait avoir peur de se sentir largué, et la série de “L’hérésie d’Horus” dont il est question ici est constitué de plus de cinquante (!!) romans. Autant d’éléments (même si tous ne me concernent pas puisque je pense raisonnablement connaître le vaste et très détaillé univers de la licence), en plus du côté “romans de licence” que je regarde toujours d’un oeil suspect (mais j’en ai déjà lu, et le constat est souvent le même : ce n’est pas de la grande littérature mais quand on aime l’univers ça peut valoir le coup, même si c’est aussi parfois très mauvais), qui m’ont un peu freiné jusqu’ici.

Et puis en fin d’année 2019 est sorti un premier volume imposant et de fort belle facture (relié, illustrations intérieures) reprenant les trois premiers tomes de la série. Volume rapidement suivi d’autres (le quatrième sort au mois de septembre), permettant de se faire une collection à moindre coup (28€ le volume quand même…). L’occasion était trop belle. Me voici donc lancé.

Revenons un instant rapidement (si tant est que ce soit possible…) sur l’univers de “Warhammer 40,000”… Il s’agit donc d’un univers de SF situé au 41ème millénaire, dans lequel l’humanité a essaimé dans de nombreux systèmes planétaires et rencontré de nombreuses espèces extraterrestres. La licence n’est pas connue pour faire dans la dentelle, et si les rencontres avec les E.T. se soldent la plupart du temps par une lutte armée, c’est pour une “bonne” raison : l’humanité est guidée par une théocratie ultra-autoritaire et militariste (qui a tendance à éradiquer à peu près tout ce qui n’est pas humain et/ou conforme à la doctrine officielle) qui a divinisé l’Empereur de l’humanité, un sur-homme mort (ou quasi…) 10 000 ans auparavant, dont le corps momifié est maintenu en stase sur le Trône d’Or et qui avait au départ pour but de rallier toutes les branches de l’humanité éparpillées dans l’univers au fil des millénaires et qui ont perdu le contact avec la Terre. Mais les choses ont mal tourné puisque l’Empereur est mort (ou quasi comme je le disais plus haut, le mystère n’a jamais été totalement levé), tué des mains mêmes de l’un de ses plus proches alliés, un fils pour ainsi dire, un des vingt Primarques créés génétiquement par l’Empereur lui-même et chargés de diriger les légions de Space Marines (des super guerriers génétiquement augmentés) pour accomplir son rêve d’une humanité réunie et unifiée : Horus. Car le Chaos n’est jamais loin dans cet univers, et les démons qui le composent ne manquent pas une occasion de tenter, de corrompre et de posséder cette humanité finalement très faillible. Horus y céda, pour un résultat catastrophique.

Cette “hérésie” n’est rien de moins que l’élément fondateur de l’univers “Warhammer 40,000”. D’une part, elle a brisé l’Empereur lui-même et le rêve qu’il briguait, provoquant une division terrible au sein même des troupes de l’Imperium, d’autre part elle a mené l’humanité sur le chemin que l’Empereur a toujours refusé : une théocratie autoritaire qui le divinise, lui qui a toujours refusé ce statut. Et quand je dis autoritaire, c’est encore trop doux : tout ce qui n’est pas conforme à la parole de l’Imperium est sérieusement réprimé (à coup d’armes létales, soyons clairs), qu’il soit extraterrestre ou non. Enfin, l’Hérésie d’Horus a dévoilé à l’humanité son plus terrible ennemi : les forces du Chaos. Ajoutons à tout cela, sur un plan purement formel, une esthétique et une ambiance très gothiques qui piochent à droite à gauche de manière parfois un peu voyante (des Révoltes Cybernétiques qui ne sont rien d’autre qu’un Jihad Butlérien dunien) mais qui donnent un résultat ma foi tout à fait goûtu et assez unique (un tel radicalisme dans son univers où le désespoir est roi ne me semble pas exister ailleurs, en tout cas pas à un point aussi poussé qu’ici). Il y aurait encore beaucoup à dire sur cet univers qui s’est développé, transformé et a évolué au fil des décennies, mais il n’est pas ici question de tout détailler (il y a des myriades de sites internet qui font ça très bien). Toujours est-il que cet univers jusqu’au-boutiste a été “formé” par l’Hérésie d’Horus, et la vaste série littéraire dont le premier tome est ici chroniqué s’est donnée pour mission de la détailler dans les grandes largeurs, 10 000 ans avant l’époque du jeu de plateau donc (au 31ème millénaire), quand l’Imperium n’était pas  encore aussi extrême (mais un peu quand même…), ni une théocratie.

Le roman maintenant. Ecrit par Dan Abnett, l’un des plus réputés parmi ceux qui officient au sein de la Black Library (la branche littéraire du géant du jeu de plateau Games Workshop), il a la lourde tâche de lancer la série et de l’installer sur de bons rails. Pour se faire, l’auteur débute son récit au moment où l’Empereur, qui jusqu’ici menait lui-même la Grande Croisade censée réunifier les mondes humains au sein de l’Imperium, retourne sur Terra et passe la main à celui qu’il désigne comme étant le “Maître de Guerre” de l’Imperium, à savoir Horus, le plus réputé des Primarques. La légion d’Horus, les Luna Wolves, arrivent sur un monde se faisant appeler également Terra et dirigé par un faux Empereur. La suite, c’est l’invasion et la destitution de ce pseudo Empereur (de quelle manière, je vous laisse deviner…) pour faire rentrer cette branche de l’humanité dans le droit chemin. On a donc bien sûr droit à de belles scènes d’action, claires, lisibles, épiques comme il faut.

Mais Dan Abnett, pour bien rendre compte de l’état d’esprit des space marines et de leurs dirigeants, n’oublie pas de faire intervenir des “petites gens”, de simples hommes et femmes, avec notamment les commémorateurs chargés de relater la Grande Croisade d’une manière plus objective, pour éviter une propagande trop voyante. À travers eux, l’auteur va frontalement poser la question de la légitimité de l’Imperium à agir de la sorte (avec les armes donc) plutôt que de laisser ces civilisations tranquilles dans leur coin. Idem avec la deuxième partie du récit qui voit cette fois les Luna Wolves, en compagnie de quelques membres d’une autre légion, les Emperor’s Children, faire face à une race d’arachnides certes belliqueux mais a priori bien incapables d’aller au-delà de leur planète.

Dan Abnett pose donc les bonnes questions, qui résonnent plus d’une fois dans la tête de Garviel Loken, un capitaine Luna Wolf, le héros du roman. Un Garviel Loken à la psychologie allant au-delà du simple “beuuuuaaaaaarrrrhhh” ce qui permet d’amener très progressivement les éléments venant semer le trouble au sein d’un ordre bien établi. Car le Chaos est là, même s’il est caché au commun des mortels, et sa manifestation physique fera vaciller Loken, de même qu’un ou deux autres témoins. Les graines sont donc semées : en plus du trouble jeté par une apparition/transformation horrifique, l’auteur pointe également l’existence des loges au sein de la légion des Luna Wolves (cultivant le secret et censées renforcer la cohésion et la confiance en mettant tous les participants sur un pied d’égalité, sans tenir compte de la hiérarchie) et un sens de l’honneur qui, poussé à son extrémité, pourrait faire prévaloir  la loyauté envers les autres membres de la légion plutôt qu’envers le reste de l’humanité. Mélangez le tout, et vous obtenez… 😉

Tout est donc là, à l’état embryonnaire. Car “L’ascension d’Horus” n’est qu’une introduction. Une introduction de 400 pages au format normal (un peu moins de 300 pages dans ce gros volume bien tassé) qui fait bien le job, très rythmé, donnant à la fois des scènes d’action remarquablement menées mais aussi des moments plus intimistes développant la psychologie de certains de ses personnages, tout autant que l’état d’esprit de différentes légions de space marines, de manière je dois dire assez inattendue, et surtout posant les bonnes questions quant aux actions de l’Imperium tout en jetant les bases de ce qui deviendra par la suite la période la plus sombre de cette humanité du futur.

Bonne pioche donc, mais j’ai envie que c’était presque du tout cuit quand on est déjà amateur de l’univers “Warhammer 40,000”. Après tout, quand on a vécu avec cette licence en tête depuis l’adolescence, voir “en vrai” les actions des Primarques, ces êtres qui sont au 41ème millénaire (l’époque à laquelle se déroule le jeu de plateau) de véritables légendes, ça fait quelque chose. Ceux qui n’ont aucune connaissance ou aucune appétence pour cet univers verront peut-être ça d’un autre oeil, d’autant qu’objectivement (mais c’est l’univers qui veut ça, lui qui a été créé en 1987 et clairement marketé pour les jeunes garçons) ça n’est ni très subtil ni très féminin. Pas de surprise, ce n’est ni un chef d’oeuvre ni de la grande littérature, mais c’est un très bon récit d’action dans un lointain avenir très sombre, à même de séduire celui ou celle qui rechercherait un roman de ce type et d’éventuellement l’amener à découvrir un très vaste univers multi-médias. Quant à moi, la suite, vite !

 

Lire aussi les avis de Nebal, Nicolas.

Critique écrite dans le cadre du challenge “Summer Star Wars épisode IX” de Lhisbei.

 

  
FacebooktwitterpinterestmailFacebooktwitterpinterestmail